Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 21:24

DSCN0471

Une quinzaine d'agents en civil, deux policiers en tenue et le commissariat sur le qui-vive, tout cela de peur que le trésor d'une valeur de 150.000€ appartenant au Conseil général ne soit rafflé par une possible bande de délinquants.

Fort heureusement la porte de la salle sécurisée du 15 rue de la Première Division Française Libre ne fut pas forcée, ce qui me permit ce matin de venir distribuer les ordinateurs promis aux élèves de sixième des collèges publics de notre ville.

Pourquoi offrir un tel cadeau?

DSCN0466

Parce que pendant plusieurs centaines d'années jusqu'à il y a 50 ans pour apprendre à lire et à compter on avait besoin d'une plume et d'encre. Depuis un demi siècle on a amélioré en utilisant un bic ou un stylo. Mais aujourd'hui on a compris qu'écrire c'était bien, mais communiquer, partager, comparer c'était mieux; et qu'envoyer un document par la poste c'était revenir au XIXème siècle, quant à prendre le téléphone ça équivalait à "ajouter une perte de temps à une perte de temps" pour reprendre le proverbe turc.

La génération informatique était née, il nous appartenait de lui permettre de s'épanouir.

Certains, critiques, avaient rappelé que 80% de la population val de marnaise possède un ordinateur. Oui, mais lors d'un bug la faute revenait immédiatement à l'enfant, comdamné à ne plus l'utiliser, et lorsqu'un jeune effectuait un devoir ou un exposé en compulsant Wikipédia ou une autre encyclopédie, si l'un des parents rentrait du travail ou d'ailleurs il s'emparait du fauteuil et de l'écran pour répondre à ses mails ou lire le journal en ligne.

L'informatique c'était bien la liberté, mais pour ceux qui y avaient accès.

DSCN0473

Ceci explique pourquoi la principale du collège Offenbach collabora parfaitement avec nos services pour faciliter la distribution des ordinateurs. Si l'Europe se moque de notre retard en lecture et en maths, l'acquisition de ce matériel par tous les collègiens de France devrait nous faire prendre la tête du futur classement concernant le niveau informatique de nos enfants.

La principale de Decroly repartait avec un deuxième cadeau: le coup de baguette magique du Conseil général qui venait de voter 8 millions et demi de travaux pour permettre de construire le deuxième bâtiment promis depuis des... dizaines d'années, et la réhabilitation de l'ancien.

DSCN0474

Sur le budget de près de 2,5 milliards d'euros, les 17% de dépenses concernant les collèges, soit 400 millions d'euros, nous laissaient la capacité de réserver chaque année 6millions d'euros pour équiper nos collègiens. 

Pour terminer j'expliquai à ces jeunes enthousiastes, que notre but était qu'en sortant du collège, le niveau informatique de chaque enfant du Val de marne soit supérieur à celui que possèdait un célèbre Président de la République, qui en 1996 lors de l'inauguration de la bibliothèque François Mitterrand s'était tourné vers Jacques Toubon, son ministre de la culture, pour lui poser la question devenue célèbre: "La souris, c'est quoi?".  

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires

Alain Dumesnil 18/11/2012 17:23


Bonjour Jean,


Le conseil général casse notre tirelire...Et non la sienne...Je suis sur que tu avais penser la même chose que moi...


Quand il s'agit d'enseignement toutes les méthodes sont bonnes mais, car il y a un mais, je me dis que l'enseignement que j'ai reçu de mon maître d'école m'a donné des bases que j'aimerais que
mes petits enfants possèdent...


Et aujourd'hui il n'en est rien...La médiocrité fait partie de notre quotidien dans ce domaine comme dans bien d'autres...


A quand le sursaut Républicain, à quand la volonté de transmettre avec passion cette histoire qui s'appelle FRANCE à travers son langage et son histoire...


J'espère pouvoir revoir tout cela...


Je fais de mon mieux pour continuer à transmettre les valeurs Républicaines et Humanistes qui sont les nôtres...


Je crois savoir que le mot "Humaniste" revient à la mode et j'espère que ce ne sont pas que des mots...


Réaprenons à nos concitoyens à vouloir faire, à vouloir apprendre, à vouloir oser en un mot si nous pouvons le rêver nous pouvons le faire...


Amicalement,


Alain Dumesnil, ancien conseiller municipal de St Mandé