Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
/ / /

En un temps peu précis, en un lieu mal défini, disons dans un bourg dément puisque peuplé d’animaux, naquit un bébé dans le nid d’une colombe. Pourtant la belle jura que ses œufs étaient encore en elle, qu’il était donc tombé du ciel. Elle ne comprenait pas pourquoi sa teinte était si sombre, sa maladresse sans égale, en une phrase pourquoi il se différenciait tant de ses parents. Lui comme chaque enfant voulait plaire à ceux qui le choyaient et il s’entraina à voler mais rien à faire il ne décollait pas. Pourtant il avait bien remarqué à mesure qu’il grandissait comment sa terre fonctionnait. Vautours, aigles, busards se partageaient le territoire et fondaient sur la cible qu’ils désignaient de leur bec lorsque la nécessité le leur commandait ou lorsque l’oisiveté leur pesait.

Au sol, la vie se poursuivait, chacun s’organisait, se protégeait. Mésanges et pigeons surveillaient le ciel redoutable, pendant que souriceaux et cochons d’inde triaient, ramassaient et stockaient graines et noisettes. L’adorable maman chercha un moyen de protéger ce bébé victime de quolibets. Elle se confia à une amie, Fifi la saumâtre, une souris vert de gris qui adorait le Hibiki, célèbre whisky qu’elle dégustait avec son vieil ami Pappy. Fifi promit son aide à Mommy. Elle descendit la rivière, lança du pain et du maïs à Pappy, poisson redoutable qui régnait dans la vase et se vantait d’y faire tomber des géants. Après moult compliments puis suppléments de nourriture, après quelques moments de tendresse le roi des ondes expliqua comment l’enfant grandirait pour devenir comme lui Neptune ou même Zeus mais, soyons sérieux… plutôt un dieu de son petit monde. Contre un nouvel instant d’égarement il lui offrit un cadeau destiné à celui qui deviendrait son pair.

Il ne resta plus qu’à prévenir la douce mère de la contrainte qu’elle devrait honorer régulièrement. Il s’agissait de peindre des plumes sur le corps du petit pour en faire… au moins un volatile, espérait-elle, si ce n’est un seigneur. Curieusement jour après jour, il progressa et finit par s’envoler.

Je tutoierai les rois, se jurait-il. Il est vrai que les condors, surpris et amusés, le laissaient battre des ailes. Mais à monter si haut, le soleil qu’il pensait un jour diriger, lui infligea un début de cécité. Ses rayons l’empêchèrent de dominer le jour et le contraignirent à préférer les nuits. Il ne serait jamais un aigle. La lumière le transformait en kétoupa, la mascotte... des sorcières dit-on.

De retour chez les siens il décida d’organiser la résistance aux maitres des cieux, à ceux de là-haut, ceux qui faisaient d’eux des féaux. Une réunion eut lieu, car souris grises, hamsters beiges, cobayes blancs prévoyaient de les affronter. Il choisit d’aller ronronner auprès des autorités brunes car elles représentaient le plus grand nombre. Après moult courbettes, larmes et boniments on l’élut Roi des hamsters, roi des beiges. Il fallut ensuite convaincre les autres. Il était le seul à tutoyer… au moins les nuages. Et puisqu’il en fallait un, on le prit.

Il découvrit alors qu’au lieu d’un bec, lui poussaient des dents ! Il avait bien l’âme d’un président. Il installerait un gouvernement.

Partager cette page

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF