Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 23:08

Il y a les soutiens négatifs, un peu comme dans une équipe municipale: les membres qui coutent des voix quand vous vous présentez avec eux et donnent envie de ne pas voter pour elle. C'est le cas de Xavier Bertrand, le Jack Ralite de droite qui contribua à la casse de la médecine et qui vous écoutait quand vous lui posiez une question en vous donnant le sentiment qu'il se demandait simplement quand il allait pouvoir vous placer son assurance-vie. De l'autre coté, l'ex futur président de l'EPAD, ce "papa m'a dit" (surnom du fils Mitterrand) tout juste sorti du berceau UMP, transformé en "papa t'es pas gentil", un bac plus zéro qui du haut de ses à peine plus de vingt ans distribue grades et médailles aux valets qui l'entourent "à valoir quand papa reviendra". 

Heureusement, les candidats valent mieux que les soutiens.

Fillon inoxydable malgré les tempêtes de Poséidon, malgré les humiliations et les vexations de Nosferatump prince des carpettes, intangible malgré les larges sourires dévoilant les dents acérées de Juppé et en dépit de cette tête courbée bien bas de l'autre prétendant qui se prit les pieds dans le tapis de ses cheveux. Fillon l'anti hyperactif qui maintint le cap du pays pendant que le Chef de gare s'embourbait dans les histoires qui font le délice des fins de repas de la France profonde. Fillon solide, compétent, à l'éthique irréprochable qui aurait pu donner des leçons au Pr Ayrault, mais eu égard à l'âge de l'élève, qui se contenterait de lui conseiller un bac pro version coiffure.

Fillon donc, l'expérience, la compétence, rien du président "normal".

Copé nous avait invités, un jour dans le jardin du superbe hôtel particulier qu'il occupait dans le 7ème, pour trois petits fours, en nous expliquant tout sourire (ces gens là sourient souvent, en général de la mauvaise plaisanterie qu'ils vont vous faire) dès son arrivée qu'il conviendrait de prévoir le départ car un déjeuner important l'attendait. On l'avait deviné au ballet des laquais (les vrais) en livrée, au vermeil qui scintillait derrière les vitres et qui nous faisait découvrir la table de roi qui... les accueillerait. Un homme simple et affectueux quand il nous laissa deviner, le trémolo dans la voix (il devait s'exercer pour son discours...), la corvée qui l'occuperait une bonne partie de l'après-midi (même chez les grands il faut inclure le "pousse"). On le remercia pour les miettes qu'il nous avait lancées. J'aurais juré qu'il nous avait répondu: "You're welcome" avec un clin d'oeil, amusé du bon tour qu'il nous avait joué!

Copé donc, un homme d'esprit et sincère, un homme qui en cas de coup dur (pour vous, lui n'en aura jamais) vous trouvera toujours un os à ronger.

Le choix, finalement est facile à faire. J'éviterais les reliefs des festins de Sarkobis et je conseillerais donc à mes amis UMP de voter sans hésitation Fillon.

Que ferai-je, moi? Je ne me rendrais pas aux urnes, car je n'appartiens plus à l'UMP...

    

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires