Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 16:43

Pour visiter Angkor, il est nécessaire de trouver une chambre à Siem Reap où se situe un mausolée dédié à ceux qui ont été torturés, ou sont morts enterrés vivants, tués à coups de gourdin et parfois d'une balle de fusil (dans le meilleur des cas). Mon guide m'a raconté son histoire, la terreur qu'il a vécu pendant 4 ans et m'a supplié de le rappeler à mes compatriotes. Je lui ai répondu: "je leur dirai".

 

17 avril 1975, la guerre est finie, certes les Khmers rouges communistes ont gagné, mais la présence du roi Norodom Sihanouk rassure les cambodgiens hésitants. Malgré tout le personnage demeure ambigü: un roi pro-communiste! De surcroît reçu avec fastes aussi bien à Moscou qu'à Pékin ou à Pyong Yang, et très apprécié des français (foncièrement anti-américains à l'époque).

  

Les habitants pavoisent et résignés mais patriotes hissent sur les balcons les drapeaux du pays ou des armées khmers rouges en attendant docilement l'arrivée des vainqueurs. Un calme inquiétant s'installe pendant quelques jours puisque les armées "libératrices" communistes restent invisibles. Le silence évoque celui du sniper avant son tir, car la férocité de ce qui va suivre conduira à l'élimination en 4 ans du quart de la population de ce pays. Ceci se passe 30 ans après la shoah, au vu et au su de tout le monde, mais il n'y aura pas de procès de Nuremberg, tout juste 35 ans après une poignée d'accusés dont l'un (Douch), pour avoir torturé lui-même et tué des milliers de personnes sera condamné à 35 ans de prison!

POUR-LE-BLOG 0857  POUR-LE-BLOG 0858

 

 

Les troupes arrivent enfin dans Phnom Penh, mais il est ordonné aux habitants de quitter les lieux. Hommes, femmes, enfants, malades, personnes handicapées, s'ils restent, seront exécutés. Les malades ou opérés récents vont mourir, les femmes enceintes accoucheront sur le bord de la route, les enfants en bas âge ne résisteront pas. Les intellectuels sont regroupés et transportés près des futurs charniers qu'ils vont remplir. La terreur s'installe et pour débusquer médecins professeurs avocats on indique par haut parleur que le roi va venir et aimerait rencontrer les anciens représentants de leur ville, ceux qui se font connaitre partiront dans des camions sans jamais revenir. L'autre moyen de les débusquer chez les villageois transformés en paysans, était de pratiquer le test du repiquage: un enfant de treize ans kalachnikov en bandoulière ordonne à six adultes d'effectuer un repiquage de riz en ligne, les deux derniers sont coupables d'être des intellectuels donc éliminés, les autres prouvant leur faculté de travail et montrant qu'ils ne se fatiguent pas, passeront une nuit sur deux à faire leur autocritique.

Pour trouver des forces on mange ce qu'on trouve: la tige du lotus, sa fleur, ses feuilles et les racines. Les mariages sont organisés par les khmers rouges qui choisissent l'homme et la femme qu'ils vont unir. Pour ceux qui sont malades et restent chez eux, les camions passent pour les "ramasser", on ne les reverra plus.    

Régulièrement on désigne un traitre battu à mort, pour l'exemple.

Enfin pour améliorer les rendements, faibles puisque les paysans sont devenus pécheurs et inversement, des sacs d'engrais sont épandus dans lesquels on retrouve des doigts, des fémurs, mal brulés.

 

"Le Monde" mettra du temps à réagir, quant à la France, elle livrera aux khmers rouges les cambodgiens réfugiés sur le sol de son ambassade. 

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires

Alain Dumesnil 07/11/2010 13:43



Bonjour Jean,


Il est bien tard aujourd'hui, pour expliquer au combien notre société humaine n'a pas voulu prendre position devant  les exactions commises au nom des uns ou des autres.


Si nous devions aujourd'hui comptabiliser de part le Monde les centaines de millions d'hommes et de femmes, de vieillards et d'enfants qui ont eu à souffir de l'intolérance et qui sont morts dans
l'indifférence totale...


Posons nous la question car comme me le disais un ami dernièrement faudra-t'il un milliard de morts pour que le Monde comprenne...


Car c'est le prix qu'il nous faudra payer et j'espère me tromper deavant la folie actuellle des hommes et leur incapacité à apprendre à Vivre Ensemble.


Continuons à nous opposer et demain nos veuves pleureront pour que comme le dit le sage que du Chaos renaisse l'Ordre...


Arrêtons de pleurer sur les misères du passé et regardons en face notre présent pour éviter un futur du type que tu décris...


Toute mon amlitié et agissons ensemble pour éviter ces situations...


Alain Dumesnil ancien conseiller municipal