Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 21:14
J'ai suivi Mme Z... pendant de nombreuses années, j'ai connu ses enfants et petits  enfants, son mari aussi. C'était une femme boulimique de la vie cherchant à ne pas perdre de temps, il était trop précieux, elle n'en aurait jamais assez pour tout transmettre ou simplement aider ceux qui avaient besoin d'elle.
  Jusqu'au jour où son conjoint disparut "des suites d'une longue maladie" dit-on pudiquement. Tout à coup son élan fut coupé, elle se replia sur elle, resta dans son lit presque prostrée, laissant ses enfants s'éloigner pour éviter qu'ils ne souffrent de la voir ainsi. Elle espérait disparaitre de notre monde discrètement, sans témoin c'était un acte personnel qui devait être mené avec la pudeur de la circonstance. Les anti-dépresseurs n'y changèrent rien. Elle, qui rayonnait de sa rondeur, ne dépassait plus quarante kilos. Je compris que tant que nous ne saurions pas le motif de sa décision elle poursuivrait sa démarche, et j'avais le devoir de respecter sa volonté.
  Jusqu'au jour où un de mes enfants eut comme sujet d'exposé: "Attitude d'une population à l'égard d'une minorité en temps de guerre ou de paix", il aurait pu prendre les indiens d'Amérique, les émigrés russes au début du XXè siècle, mais il choisit un modèle qui lui semblait plus exemplaire: " la France et les juifs entre 39 et 45".
  Comme tous les parents, il me fallut apporter une contribution à ce devoir, et lorsque j'allai rendre visite à Mme Z ..., ashkénaze de grande culture dont les deux bibliothèques débordaient de livres, je ne pus m'empécher de lui demander si elle pouvait m'aider à trouver une approche originale, si elle pouvait me laisser photocopier quelques documents dont la production serait plus puissante que le procès de Vichy et du trio: Pétain Laval Papon. Sa réaction fut immédiate , elle hurla en demandant qu'on la laisse tranquille, j'acquiesçai et lui présentai mes excuses avant de partir.
  Deux jours plus tard elle me rappela. En arrivant je constatai un changement, la patiente était légèrement maquillée et assise dans son fauteuil, elle tenait dans ses mains un livre, celui qui énumérait tous les juifs disparus pendant la guerre, elle me le tendit et me remercia de mon action en m'indiquant : " Je crois que je pourrai vous parler la semaine prochaine". À sa demande je revins, elle était encore bien maigre mais habillée, ce qui représentait un immense effort pour elle. Et elle m'expliqua tout. À la mort de son mari elle avait décidé de dépasser ses anciennes cicatrices, de tourner ces pages noires de l'histoire pour ne pas leur être enchainées, de libérer ses petits enfants de cette horreur pourtant indélébile, et elle avait jeté son étoile jaune tant de fois décousue et recousue, sa carte d'identité où le mot JUIF était tamponné en rouge, mais quelques semaines plus tard ces traces effacées en avait fait une coupable envers l'Histoire, coupable de n'avoir pas transmis à ceux qu'elle voulait épargner. Je lui expliquai que l'Histoire n'avait pas besoin de ces preuves, et que si la Shoah était le prolongement des ghettos et pogroms, elle marquait leur fin de façon formelle. Que dans l'histoire de l'humanité à partir de la Shoah plus jamais un holocauste ne pourrait être revendiqué ou toléré ou prescrit. 
  Alors pourquoi évoquer cette histoire?
  Parce qu'aujourd'hui, lendemain de Kippour, une patiente m'a apporté sa carte d'identité, montrant que les témoignages ne manquaient pas. Cette pièce d'identité fut réalisée en juin 1944, lorsque les déportations continuaient (comme pour les élèves de l'école rue Grandville à Saint-Mandé, élèves qui ne sont jamais revenus), vous remarquerez la photo de profil et au milieu en haut, poinçonnées pour les rendre indélébiles les quatre lettres: JUIF. La patiente m'a indiqué que malgré ses 18 ans en tant que juive elle ne pouvait sortir que de 8 heures à 20 heures, que dancings et cinémas étaient impossibles, que seule la dernière voiture du métro lui était réservée, et qu'en cas d'alerte la nuit elle ne pouvait descendre aux abris ...
  Alors pardon.
  Je dédie ce texte à Mme Z... qui nous a quitté en 2005. 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires

Abécassis Thérèse 28/07/2011 10:20



Bonjour Mr Eroukhmanoff


C'est bien sûr, par hasard que je suis tombée sur votre article très émouvant sur Madame Z...... Moi, je fais partie de la " Shoah,  2ème génération" et c'est très lourd à vivre. Ma fille
Laura, "trimbale" aussi ce fardeau et nous sommes ,malgré un très grand sens de l'humour et de la dérision "dévastées" Mon Père né à Paris en 1914 est entré dans la Résistance après avoir fait
les beaux jours du Front Pop. en 36.....Il a été arrêté en 1941 par la police Française, interné à la Santé, aux Tourelles, puis à Drancy. Ensuite, en septembre 1942 déporté à Auschwitz,
Buchenwald, Dachau.. Il est rentré en avril 1945, a rencontré ma Mère et moi je suis née en 1946. C'est comme ça, et quand on s'attend au pire, on n'est jamais déçue ! Vous avez été notre médecin
de famille durant notre séjour à Saint-Mandé (de 1978 à 2000) . Laura traverse une période difficile, car malgré des études diplômantes (Droit ) suite à un licenciement elle a énormément de
difficultés à retrouver un emploi. N'auriez-vous pas une solution ? moi je crois encore aux miracles !


Merci d'avoir lu ce petit billet, meilleures salutations.


Thérèse Abécassis