Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 20:25
  Surprise au Conseil Municipal: l'aménagement de pistes cyclables et de zones de stationnement pour les vélos est partiellement pris en charge par le Conseil Général, or le 10 février la gauche a voté contre cette aide légitime qui soulage pourtant toutes les communes, et entre parfaitement dans les attributions de cette instance.

  Peut-être notre gauche saint-mandéenne n'a-t-elle pas lu le magnifique rapport d'activité publié par le Conseil Général, dirigé par les communisto-socialistes qui nous rappelait que le budget destiné à améliorer les déplacements est passé de 69 à 130 millions d'euros. Ce budget comprend les travaux d'aménagement de routes, et comme autre pôle: "la réalisation du plan vélo" et la "programmation pluriannuelle de réalisations d'itinéraires cyclables" !
  On reste perplexe, pourtant leurs groupes politiques doivent les informer si eux-même ne s'en occupent pas!

  Car je vous rappelle que près de deux milliards d'euros sont prélevés en tant qu'impôts par le Conseil Général auprès de la population val de marnaise pour répondre à ses besoins. Et si véritablement les budgets étaient "serrés" on pourrait comprendre une hésitation, mais je vous rappelle les gabegies de l'année dernière (je n'ai pas encore les chiffres de 2009):
-  un million deux cent mille euros en consommation d'eau: 1 200 000 €
-  huit cent mille euros en fêtes, réceptions, cérémonies: 800 000 €
-  trois millions neuf cent mille euros d'indus et d'aide sociale à recouvrir: 3 900 000 €
-  vingt millions d'euros pour le transport de personnes extérieures à la collectivité: 20 000 000 €
  Je ne résiste pas au plaisir de vous proposer cet article que j'ai retrouvé à propos des J.O. d'Athènes:
"Ils se sont préparés depuis des mois dans l'attente de ce grand moment.
 Il a fallu la mériter cette sélection. Des questions se bousculent dans leur tête: "Qui s'occupera de leurs enfants pendant les compétitions?". Mais le sport exige des sacrifices!
  Bien sûr ils la visiteront cette Acropole, ils la fouleront cette terre des dieux, mais si l'opposition l'apprend, sera-ce toujours aux frais du prince? Pour se rassurer, ils prirent l'habitude des se réunir pour en parler à la sortie des bureaux. Ils méditaient sur ces zéros avec lesquels on aurait pu redessiner le sigle des cinq anneaux olympiques: 4 000 euros chaque place, et 300 bénéficiaires.
 Il fallait se détendre, penser à ce palace 4 étoiles qui les accueillerait après les journées sous le soleil, mais tant d'étoiles promettaient une piscine, ça soulagerait de ces heures passées dans l'arène.
 Il fallait se détendre, apprécier d'avance ce restaurant idyllique qui les recevrait pour féter dignement la victoire.
 Mais avant il fallait affronter ses adversaires, courir le plus vite, être le premier ...pour avoir la meilleure place assise. Car si le Val de Marne n'avait trouvé aucun athlète, ça n'avait pas dû être facile mais le Conseil Général avait envoyé 300 spectateurs.
  1 200 000 euros aux frais des val de marnais, oui, mais c'est ça le sport !"

  Un pareil contexte donne à réfléchir.
  Pourquoi faudrait-il en outre se punir, quand on est déjà banni des répartitions?

  Prenons simplement deux exemples:

- 1er exemple:
à Saint-Mandé chaque place en crèche permet à une mère de famille de retrouver son travail après son congé de maternité. Mais dans le Val de Marne les chômeurs sont prioritaires, et doublement si les deux parents sont en recherche d'emploi, ce qui implique que l'on garde les bébés des personnes sans emploi plutôt que de garder l'enfant de celui ou celle qui reprendrait son travail. Le corollaire du fort taux d'emploi à Saint-Mandé est que la crèche départementale de notre ville, qui pourrait donc accueillir 50 enfants de plus, reste désespérément vide car le personnel est envoyé ailleurs, à Vitry, Champigny...

-2ème exemple:
10 millions d'euros : versés pour le collège Matisse de Choisy
  7,5............................ : versés pour celui du centre de Villejuif
  4,5............................ : versés pour le collège Karl Marx toujours à Villejuif
20 .............................. : versés pour ceux de Fresnes, Vitry, Chevilly, Champigny
...mais pour Decroly à Saint-Mandé, ça se compte en une maigre poignée de cacahuètes creuses.  Ce collège est pourtant sous filet de protection, un "chien assis" menace de s'effondrer, une partie du plafond s'est écroulé dans le grand escalier, certaines toilettes sont impraticables et cet établissement, qui a accueilli des enfants handicapés, n'est pas accessible aux fauteuils roulants, si on se réfère aux textes...

 
Conclusion : la répartition au Conseil Général du Val de Marne répond à la loi du "1 pour 1" : "1 sac de riz pour moi, 1 grain pour toi". Ca serait dommage de le refuser, ce grain !

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires