Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 10:09

Initialement, l'université d'été de La Rochelle devait servir de pierre pour aiguiser le sabre du hara-kiri auquel F. Hollande contraignait le PS. In extrémis, c'est le Politburo sur ordre du petit père du peuple qui transforma en Douma les lieux prêtés malgré lui par Olivier Falorni, le tombeur de Ségolène. Ailleurs le monde politique prépare son cartable, songeant aux petites phrases à ciseler tout en regardant les derniers rayons du soleil disparaitre ou sourit en envisageant les arènes où il se produira.

Le patchouli politique n'a pas encore envouté ceux qui subissent ses effluves dès la rentrée, plus encore à Saint-Mandé où l'essence pénétrante n'a laissé la place qu'à un parfum dilué... Le retour semblait paisible, quand ce matin on me signala un article qui m'interpelait (dans "Saint-Mandé au centre de nos vies").

Une lettre ouverte à l'intention du Président du Conseil général était signée L. Alonso, mais ce courrier était aussi destiné au maire et à moi-même.

L'auteur, nous le voyons régulièrement dans le public lors des conseils municipaux, mais alors que certains spectateurs discutent entre eux certains points à l'ordre du jour, ou interprètent les résultats des votes, lui me semblait particulièrement concentré. Dans l'hémicycle il nous est déjà arrivé de voir une ou deux têtes s'affaisser, un peu comme dans un concert quand la salle est trop chauffée et qu'on inflige la n°1 de Sibélius, j'ai aussi remarqué un homme lire le journal et un coach faire la leçon à ses élèves (dans l'assemblée, eux), mais un auditeur venant entendre pour apprendre, comprendre avant de pourfendre, je ne l'avais ni vu, ni imaginé.

D'autant que la question soulevée, concernant l'éventuelle délocalisation des crèches Bérulle 1 et 2 effectuée en catimini, est pertinente et que l'auteur cite des paroles énoncées lors des conseils, qui en interdisent toute contestation.

Je remercie donc M. Alonso de l'intérêt qu'il porte à la vie municipale, des réflexions qu'il y a nourries, et des questions pugnaces qu'il n'hésite pas à poser.

Je laisserai au maire le soin de répondre sur l'avenir qu'il envisage pour les crèches de notre ville et qui ne concerne pas mes délégations.

En ce qui concerne le Conseil général, la responsable du secteur crèche de la troisième commission "Droits sociaux, solidarités et santé" a effectivement visité des sites de possible reclassement pour Bérulle 1 et 2, au niveau de l'IGN, mais rien n'est tranché. Le Conseil général n'est pas décisionnaire.

J'oubliais de préciser que si la balle était au Centre aujourd'hui, puisque M. Alonso dirige le Modem de notre ville, l'important sera de la détenir lors des tirs au but en mars.  

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires