Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 11:02
  L'affaire était compliquée.
  La somme demandée et la rapidité avec laquelle nous devions y répondre nécessitaient la constitution d'une équipe compétente.        
Autour de moi, Micky ma tendre épouse, Fab un pro de l'informatique, et Nat mon associée.
  500 plaques, chaque mois, c'était ça ou accepter qu'une petite de 10 ans "change d'avenir".
  Le dossier était mince, et Micky me conseilla: "Donne leur, personne ne t'en voudra, jusqu'a maintenant c'est ce que tout le monde faisait!".
  Ca m'ennuyait de faire comme tout le monde.
  Le rasoir était trop loin de mon bras et, pour éviter de sortir avec une barbe de trois jours, je décidai de faire parler l'ordinateur. Je le gavai avec les infos du dossier, et attendit qu'il digère.
  C'est le portable qui me réveilla, et la voix de Fab à l'intérieur: " John, tu as provoqué un bug géant avec tes données, en compta tu peux pas avoir plus de dépenses que de recettes, alors corrige ça, sinon ça va re"bugger"".
 Mes bêtes noires,les maths, les stats, il allait falloir les apprivoiser, à moins que...Je repris le dossier, noir, comme les bêtes, en fait la misère d'un bout à l'autre: un logement social, avec un sur loyer à 900 euros, l'EDF à 60, le téléphone à 40, la cantine scolaire, plein de factures...
  En face: une chemise toute plate contenant une photocopie du bulletin de paye avec, entouré au crayon rouge, le salaire de mars 2008: 1001,64 euros, tout rond! La petite n'avait pas de quoi manger, s'habiller, je ne parle pas des vacances, ni de la mère qui allait devoir jeûner jusqu'à la prochaine augmentation.
  En refermant le dossier je lus la note de la responsable: "C'est difficile d'envoyer promener les gens..."
  Sans la loi Evin, j'aurais bien pris un Highland Park!

  Encore le téléphone, non, la porte. De l'autre coté l'associée, encore un problème! Enfin une chance elle avait le sourire:
 -"Tu baisse John", ça je le savais,
 -"T'as pas tilté avec le sur loyer?".
 -"Si", en fait c'était plutôt non.
 -"J'ai appelé la So On, le syndic de gestion. Le sur loyer c'est à cause des revenus du couple: 46.500 euros en 2007. En fait le salaire de l'épouse en mars est amputé des frais d'assurance de la voiture de fonction... Eh oui! Je me demandais d'ailleurs: "Si tous les hauts salaires lèvent le doigt, quand on attribue des logements sociaux, tu crois qu'il en restera pour les pauvres?""

  Pour le racket aux 500 euros par mois j'avais fait mon travail, pour le reste...
  J'avais une furieuse envie d'imiter Bogart ou Paul Newman dans "Détective" (ça a été copié après): rendre ma plaque. Ce qui me retenait c'était la phrase de Nat, si on laissait les faux pauvres prendre l'argent des vrais...

Parce que la vraie misère elle existait, même à Saint-Mandé, et pas que depuis la crise des "subprimes" ! 

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires