Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 09:23

"L'homme apparaissait comme suspect depuis longtemps et la surveillance s'organisa pour débusquer l'ignominie latente. "Il n'était pas conscient de sa culpabilité" clâmèrent des suppôts, en fait complices dont il faudrait s'occuper plus tard.

Comment nier? Le crime l'habita dès sa naissance, la faute semblait bien intrinsèque, pourquoi accepta-t-il ce nom de "Blanc"?

Pourquoi avait-il choisi un sport où la victoire était due à ceux qui représentaient le plus harmonieusement la Diversité Culturelle Française (DCF), et dont les homonymes de ce sportif confisquaient la gloire? Cet opportuniste utilisant la sueur des autres, n'aurait-il pas insidieusement poussé les membres de la DCF à effectuer une photo entre eux, ce fameux cliché "entre blacks",  pour qu'elle puisse servir lâchement de charge anti-DCF ensuite?

L'abject était atteint, cela méritait des moyens sans limite: dénonciations, surtout anonymes car effectuées sans contrainte, micro-cravate, portables ouverts, témoignages d'anciennes relations aujourd'hui distantes. On ne retiendrait que  preuves à charge. Le tribunal serait étendu aux plateaux  télés, les débats organisés par les journalistes et les avocats seraient disqualifiés. Le coupable ne pourrait pas se moquer de la justice.

Qu'il remercie d'être en France en 2011 à une époque où, à 10 000 km, un père de famille malade était assassiné en pleine nuit devant son épouse, condamné à mort sans procès par des services secrets étrangers, exécuté dans sa modeste demeure, d'où il pouvait voir chaque soir les moutons paître sur les contreforts de la colline de Shimla dans les rayons du couchant, à deux pas d'Islamabad."

Cet article est dédié à "Marianne" et aux journalistes émus par les corridas, avides de bons plans lors des tueries de bébés phoques, endeuillés par la mort de Ben Laden mais sans état d'âme pour un humain honorable trainé dans la boue, lynché médiatiquement, qu'on a détruit psychologiquement et dont ils se détournent, à peine génés, après avoir appris que malheureusement marié à une femme originaire du continent africain l'accuser de racisme ne tiendra pas.   

Partager cet article

Repost 0

commentaires