Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 08:43
Bal de la Croix Rouge 023

Si j'ai guidé un groupe de saint-mandéens dans ce musée, c'est parce que toute l'histoire de la sculpture y est suggérée, de Périclès à Giacometti, de Rude à Brunelleschi. Mais surtout le père de la Renaissance, Dante, y trouve toute sa dimension avec sa phrase culte: 
"Vous qui devez entrer, abandonnez tout espérance"
  Cette phrase prophétique pour tout artiste, est gravée dans le portique qui s'ouvre sur les Enfers, elle hantera Rodin toute sa vie.

  Curieusement à 15 ans lorsqu'il découvre la sculpture aux "Arts Déco" grace au talentueux Carrier-Belleuse, cette année là Liszt compose sa "Dante Symphonie". Or l'oeuvre à laquelle Rodin travaillera jusqu'à sa mort sera cette fameuse Porte de l'Enfer, porte maudite pour lui.
  Pourquoi ce thème?
  Parce que tout artiste sait que l'art moderne commence en 1306 avec ce livre de Dante, "La Divine Comédie" qui a inspiré la Renaissance italienne et où le pouvoir spirituel est remis en question par le pouvoir temporel (éternel conflit Eglise/Etat). Il va permettre aux artistes de faire sourire les hommes, de les peindre nus et va les autoriser à représenter d'autres scènes que celles de la Bible.
  La révolution artistique est lancée, elle ne s'arrêtera plus.
Bal de la Croix Rouge 022
  Mais le rêve de tout sculpteur s'écroule quand, dès la naissance de cet art, Ghiberti sculpte la porte du Baptistère à Florence que Michel-Ange nommera "Porte du Paradis". Celui-ci, d'un mot, élimine tout espoir de la voir dépassée puisque personne ne pourra rivaliser avec lui en tant que juge et qu'il décerne rien moins que le titre de" perfection artistique" dans le domaine de la sculpture.
  Malgré tout, dans "La Divine Comédie"  la porte qui précède celle du Paradis et qui va inaugurer ce voyage initiatique aux cotés de Virgile, c'est "La Porte des Enfers" qui donne accès aux neuf cercles de ceux-ci, neuf comme les démons du Talmud. Elle deviendra le but et le sommet de l'art de Rodin, mais aussi la somme de ses oeuvres abouties. Malheureusement, de son vivant elle demeurera, tels les rêves, simple ébauche.
  Ce qui est extraordinaire reste que ses plus beaux chefs-d'oeuvres seront rassemblés dans le projet de cette porte que lui a commandé, presqu'obligé, le monde politique.Bal de la Croix Rouge 025 Mais ce "Vous qui devez entrer, abandonnez toute espérance"  n'est-il pas suivi, dans ce troisième chant de "La Divine Comédie", de ces deux vers:
"Tracés d'une couleur obscure, je vis écrits ces mots sur le fronton d'une porte et je dis "Maître, leur sens parait terrible et difficile"
annonçant les infranchissables obstacles à sa création. 

  Maintenant, entrons dans ce musée qui devint la première demeure de l'artiste dès 1908, même s'il garda sa propriété de Meudon où il constitua une collection de sculptures antiques.

 Ce qui va impressionner le professionnel, c'est tout ce qui semble évident au public, car l'apport de Rodin a été si fort que tout ce qu'il a inventé sera repris jusqu'à saturation:
-fragmentation: Bal de la Croix Rouge 016depuis qu'il achète des nus antiques il prend conscience qu'un fragment de corps est une oeuvre en soi, une mainMusée Rodin 002,  un corps sans tête méritent d'être exposés
-démultiplication: l'artiste peut reprendre trois fois un BalzacMusée Rodin 012, les trois ont même valeur, ceci aboutira à une autre révolution: la production en série

-non finito: une esquisseBal de la Croix Rouge 015 si elle exprime le projet de l'artiste vaut ses sculptures abouties

-assemblage: on revient à sa Porte de L'Enfer où se retrouvent "Les Trois Ombres", "Le Penseur", "Les Bourgeois de Calais" ... Des chef-d'oeuvres au service d'un chef-d'oeuvre!photos-pour-articles_0150.jpg

  À l'occasion de cette visite une personne me posa la question suivante: "Finalement est-ce que c'est malgré l'homme politique que l'art évolue?"

 Judicieuse interpellation qui contenait la réponse dans sa formulation. Mais quelques rectifications méritent d'être émises.

  D'abord parce que pour l'ami de Rodin, Claude Monet, on peut prétendre l'inverse, c'est bien grâce à Clémenceau que celui-ci ne sombra pas complètement dans la dépression et nous donna ces superbes toiles "abstraites" que sont Les Nymphéas.
  En ce qui concerne Rodin tout commence par cet Age d'Airain sculpté à 37 ans dont on lui conteste la réalisation en l'accusant d'avoir pratiqué des moulages. Il lui faudra 3 années pour prouver l'inverse. Aucun homme politique n'est venu le soutenir, mais dès la reconnaissance acquise l'état français lui commandera "La Porte de l'Enfer".

  Quatre ans plus tard la leçon est tirée par le Maître, et quand le maire de Calais lui commande "Les Six Bourgeois de Calais" Musée Rodin 001il a compris que le temps des riche mécènes touche à sa fin et que s'il veut continuer à pouvoir travailler il lui faut cette commande. Il va donc proposer, pour obtenir le contrat, une oeuvre de souffrance où se mêlent aussi héroïsme et gloire, notions très appréciées à toute époque par les gouvernants. Il ajoute, cerise sous le gâteau, un socle orné de bas reliefs et aussi haut que l'oeuvre, un peu comme à deux pas, derrière l'Assemblée Nationale cette sculpture de la France moins haute de la tête aux pieds ...que le piedestal.
  Heureusement dans un deuxième temps il se passionne pour l'expression de ces condamnés qui vont par leur visageBal de la Croix Rouge 021 et leurs mains traduire leur désespoir,  leur résignation, ou afficher leur impassibilité, leur dédain ou encore leur courage. Rodin fera alors passer le socle à la trappe.
  Mais il n'y a rien à faire le maire de Calais le ressortira de la corbeille pour le placer sous les pieds des bourgeois.

  On ne peut briller en politique et dans l'art.

 L'autre aspect intéressant de la question peut être évoqué pour le "Balzac" de Rodin.
  En 1891 la Société des Gens de Lettres présidée par Zola commande la statue de l'auteur de la Comédie Humaine ( coïncidence, cette oeuvre de Balzac porte le nom de Comédie en mémoire de "La Divine Comédie" de Dante). Rodin propose  une représentation du maître en habit bras croisés, debout adossé à une pile de livre. L'allégorie enthousiasme les amateurs de pompiérisme, les gens de cette Société. Puis Rodin va travailler "l'homme" dans sa robe de chambre sans laquelle il ne peut écrire. Il va la simplifier à l'extrême pour en faire une oeuvre presqu'abstraite d'où émerge une crinière symbolisant la puissance et deux yeux tournés vers les cieux patrie des dieux.
  Mais là, ce ne sera pas l'oeuvre qu'on condamnera au purgatoire. Le temps a passé et ce Balzac abouti est achevé en 1898, or le 13 janvier 1898 sort en première page de L'Aurore "J'ACCUSE".
  Zola devient pestiféré Rodin contaminé. Brillants hommes politiques!

  Mais ces hommes là, l'histoire les a remis  à leur place: nulle part.

  Revenons à "L'Age d'Airain". Rodin le compose en inventant une  technique particulière: sur une armature de fer il va coller des boulettes de glaise qui vont épouser le contour souhaité en le comparant au corps du modèle qu'il installe à contre-jourMusée Rodin 003, il fera tourner le socle des deux pour obtenir une réplique parfaite. Ceci rappelle la technique de la "boite noire" de Vermeer (qui plaçait sa tête dans une boite obscure pour voir son sujet en deux dimensions).
   Puis, à cet homme qui s'appuie sur une lance en bronze (l'airain), Rodin va retirer l'arme et déchirer le front pour y inscrire la blessure inhérente à toute découverte, évoquer la douleur de la création artistique, et peut-être même, idée chère à Rousseau la corruption de l'homme par la civilisation naissante.

Bal de la Croix Rouge 026
Ironiquement le conservateur du musée a placé cet "Age d'Airain" de souffrance, à coté d'une oeuvre flamboyante qui reprend la "Marseillaise" de Rude et l'associe à la "Piéta" de Michel-Ange pour composer une allégorie de la victoire.  
Paradoxalement lors de sa présentation au concours du Conseil Général de la Seine (duquel est issu celui du Val de Marne) pour commémorer "la défense de Paris en 1870", cette oeuvre fut refusée à l'époque...
 ...comme aujourd'hui tableaux et sculptures de Combas, Alechinsky, Ben, Daddo, Arman, Erro, Soulages et bien d'autres par le "Mac Val", notre musée sacrifié du Val de Marne.

  La réponse à ce refus, vous l'avez en face de cette "Défense (victorieuse) de Paris en 1870" avec cet homme dont le visage exprime un drame, il se tient la tête de la main droite. Il aurait dû s'appuyer sur une lance de la gauche.Musée Rodin 010 Rodin lui entailla le front, officiellement en référence ...à la "défaite française de 1870"!  
  Le titre donné initialement à cette statue (qui deviendra, vous l'aviez reconnu, "L'Age d'Airain") symbolise, mieux que l'art face au pouvoir, en fait la revanche inexorable de l'artiste sur la troisième République.

  Ce titre était "Le Vaincu", véritable allégorie du monde politique en sursis.

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF - dans Culture
commenter cet article

commentaires