Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 00:24

 

 

 002 MAC VAL

  

Le grand oiseau conçu par l'architecte Jacques Ripault, et qui représente notre musée du Val-de-Marne, bat-il de l'aile? Le Mac/Val se prépare-t-il à s'envoler, disparaitre du département? Qui donnera le coup de grâce fatal à ce bâtiment qu'un visiteur furieux qualifia ainsi "C'est plus cher que des danseuses, mais au moins elles, elles sont belles à regarder"?

  

  Ces questions résument celles que se pose "Le Parisien", car la situation du musée apparait totalement catastrophique.002

 

  _Ce lieu emblèmatique devait répondre à trois impératifs: réunir des oeuvres d'art pour les présenter au public dans un but pédagogique, participer à la sponsorisation de peintres ou sculpteurs de valeur et promouvoir leurs créations, enfin tels les mécènes de la Renaissance accumuler aujourd'hui pour les leur offrir plus tard, des chefs d'oeuvres qui feront l'admiration des générations futures.

  Or si vous vous perdez dans ce musée désert vous n'avez aucune chance de tomber sur une compression de César, de connaitre le IKB (International Klein Blue) cette fameuse couleur bleue brevetée par Yves Klein, de découvrir une sérigraphie de Warhol ou savourer ces tableaux "B. D." de Roy Lichtenstein tant copiés par la suite.

POP ART 001

  Pas de Pop Art, ni de Cobra, adieu l'abstraction lyrique de Soulages et son "outrenoir".

  Au Mac Val l'art est devenu l'Art Officiel. Rothko, Pollock sont bannis, ont-ils le tort d'être américains? De gauche, oui mais ça n'effacerait pas le reste?

  Or comment enseigner la peinture contemporaine sans avoir introduit un fauve dans cette "cage aux potes", une toile cubiste, et parlé du  "Cavalier Bleu" de Kandinsky, premier peintre à avoir réalisé un tableau abstrait, c'était en... 1910!

 

  Comment ne pas interpeller nos jeunes sur la relation art/politique en leur rappelant que le Bauhaus, qui inspirera nombre de contemporains, fut fermé par les nazis en 1933, que l'art officiel franquiste se traduira par cette monstruosité d'horreur et de laideur qu'est le monastère érigé dans la "Valle de los Caibos"?

  Peut-être parce que l'art officiel "insuffisamment intégré" par Malevitch le conduira en prison et nécessitera du pouvoir stalinien une rééducation et un recours à d'indispensables séances de tortures.

  Peut-être parce que l'interdiction de toute liberté artistique obligèrent Pougny, Chagall, Pevsner, bien inspirés, à fuir l'URSS, l'URSS ce modèle que les dirigeants du Conseil Général auraient révé d'étendre à l'Ile de France et plus... 

 

  L'art fut donc l'apprentissage de la liberté et sa défense. Est-ce cela qui dérange l'équipe rouge qui nous inflige des productions de troisième ordre, des montages de lycéens que chaque parent trouve certes intéressant mais que pudiquement chacun place dans une chambre à coucher ou avec l'album photo? Heureusement, tous les parents ne réclament pas le Mac/Val pour leurs enfants pourtant tous "très doués pour leur âge"!

 

  _L'autre drame reste le coût: 30,5 millions d'euros pour le musée auquel on avait oublié d'adjoindre (prémonition?) un parking initialement. 

  Mais chaque année il faut  compter avec les investissements... lourds, car si les dessins des Léonard de Vinci de 12 ans ne coûtent pas très chers, ceux des Maîtres choisis par les dirigeants communistes et qui affichent des besoins de grands patrons, font perdre pas mal de plumes à cet oiseau qui a bien du mal à voler.

  En outre les dépenses de fonctionnement se montent à 4,5 millions d'euros chaque année hors salaires, car pour protéger les oeuvres de nos enfants il ne faut pas moins de 70 personnes dont le coût est de 2 millions d'euros par an !

  Lourd, bien lourd quand avec la somme chaque année on pourrait construire un collège, des logements sociaux, des crèches...

 

  Douloureux, en particulier quand l'insuffisante qualité des oeuvres, l'absence de têtes d'affiches qui auraient pu donner l'habitude aux parisiens de venir à Vitry-sur-Seine, obligent le département à "bourrer" les entrées avec des classes d'enfants qui viennent jouer à cache-cache, ou grâce aux résidents de maisons de retraite qui se voient proposer des visites avec goûter.

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF - dans Val de Marne
commenter cet article

commentaires