Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 23:49

 

Trop, c’est trop. Mais où compte s’arrêter la majorité socialo-communiste de notre département?

Afin de sécuriser les locaux du MAC/VAL, notre musée d’Art Contemporain, et les rendre dignes des créations qui devaient y être exposées, la majorité n’a pas lésiné sur les dépenses, oubliant la crise.

Les  socialo-communistes, nous ont donc demandé en novembre 2011de voter des frais d’accrochage, de transport et de mise en place des œuvres d’art, jusqu’à 200.000€ HT par an. On  ajouta lors de cette séance, comme frais de gardiennage environ 1.000.000€ chaque année, hors taxes bien sûr. Pour le nettoyage de notre Musée d’ Art Contemporain du Val de Marne, il allait falloir compter en plus,  de 200 à 400.000€ par an. J’oubliais d’additionner jusqu’à 250.000€ chaque année pour le montage des œuvres d’Art.

 Bref, après avoir dépensé près de 2 millions d’euros année après année pour transformer le musée en Fort Knox, épousseter les salles au coton-tige, créer des crochets Y en or massif, remplacer dans chaque salle nos gardiens par des clones de Nestor, le majordome de Tintin qu’on aurait juré spécialiste du lustrage  des Rolls au plumeau, chacun attendait la création miraculeuse qui allait amener des kilomètres de foule jusqu’à rendre ridicule les quatre heures de queue pour voir Edward Hopper.     

En se donnant les moyens du Louvre, les amoureux de la peinture rêvaient déjà de voir exposer dans une salle, « La Joconde », même en  version Duchamps. Enfin reconnu, le Val de Marne,  deviendrait le nouveau passage obligé des japonais, « Vitly » allait supplanter Giverny chez les amateurs de Bud!

En grand secret, il y a deux mois on lança l’achat d’une « œuvre phare », une œuvre qu’on peut qualifier d’inspirée : « Messe pour un corps » associant à la fameuse « Recette de boudin noir au sang humain », un film vidéo en noir (comme le boudin) et blanc (comme l’assiette) avec trois doubles plaques en plexiglas comprimant du sang de l’artiste… Oui, je ne les oublie pas, pour se recueillir, je rappelle qu’il s’agit d’une messe, deux  prie-Dieu étaient inclus. La direction de la culture du MAC/VAL  précisait dans le rapport fourni que l’artiste vise à « créer des dispositifs critiques inventant des rituels spécifiques… »,  ses œuvres possèdent une «  portée hautement symbolique… incontournable… Interrogeant, ébranlant le consensus social, elles visent à reconsidérer l’homme et sa place dans le monde moderne » ! Du grand art jusque dans le descriptif !

La date du vernissage n’est pas encore communiquée, vous comprendrez qu’il faut prévoir la logistique associée.

Et avec le boudin qu’est-ce que le charcutier pourrait nous mettre ?

En cas de migraine, une feuille de sécurité sociale, des « feuilles de soins, répliques des formulaires du CERFA (Les caisses de sécurité sociale) », mais fabriqué avec de la Bétadine, de l’éosine, du KMnO4… comme chez le Doc mais la feuille n’est pas à 23€, le Conseil général débourse 1000€ pièce (« pièce » on devrait le mettre au pluriel). Bref, le « l’art » c’est pas du cochon.

Heureusement  pour 57.500€ nos conservateurs de Vitry rattrapaient l’affaire en s’appropriant « Rainbow » ! J’ai tout de suite pensé au « Magicien d’Oz ». Mais en lisant le descriptif je constatai que  l’œuvre se résumait à ces quelques mots : « empreintes digitales de l’artiste posées à l’encre de gravure sur panneaux de verre » ! Nenni, nous ne possédrons donc pas la chanson "Over the rainbow" de Judy Garland pour le prix.

On est content.

Certains  se posaient inlassablement la même question : « Où va notre argent ? ». Maintenant ils savent.

D’autre  s’inquiétaient de l’enseignement de la culture à nos enfants. Ils sont rassurés.

On se souvient de la stupeur du critique Louis Vauxcelles en 1905 lorsqu'il entra au Grand Palais pour le troisième Salon d'Automne. Voyant les Derain et les Vlaminck entourer son sculpteur préféré, il s'exclama: « C’est Donatello chez les fauves ».

Aujourd’hui  s'il avait poussé laporte du MAC/VAL, il aurait hurlé: « C’est Donatello chez les cannibales » !

Vous l'aviez deviné il s'agit de ma prochaine tribune dans le magazine du Conseil général 

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF - dans Val de Marne
commenter cet article

commentaires

Aloysius Bertrand 07/02/2013 10:37



M. Le Conseiller Général,


Vous semblez vous complaire, perché sur vos quelques références culturelles certes indiscutables mais quelque peu passéistes, à
vilipender l’art contemporain.


Si votre rôle en tant que décideur politique est sans conteste de débattre des politiques culturelles  à mettre en œuvre et des institutions qui les portent, vous dépassez très largement vos attributions en nous faisant part de votre avis sur les travaux de Michel
Journiac par exemple.


Difficile donc de savoir si le présent blog est celui de l’homme politique,  celui
d’un maladroit critique d’art, ou encore celui de l’ « écrivant » de fictions.


Puisque vous semblez mélanger sans complexe ces différents rôles, vous me permettrez moi aussi d’exercer mes velléités de
critique. Il faut bien que quelqu’un vous le dise- et ce quelqu’un  sera moi- vos écrits sont aussi indigestes que le plus mauvais des boudins au sang
humain. Votre exigence artistique est tout à votre honneur, il est cependant regrettable que vous ne l’appliquiez pas à vos propres écrits.


Votre citation de Beaumarchais en entête de ce blog est forte à propos, et je gage que, fidèle à cet aphorisme que vous mettez
en exergue, vous publierez ce commentaire…


 


 

germond jean claude 14/01/2013 12:59


alors cher monsieur le conseiller, lors du prochain conseil je vous engage à faire une standing ovation à la majorité dites de gauche, et d'entonner d'une voix martiale


l"hymne de la légion


"le boudin"