Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 09:36

ELECTION pièce 005

PASCAL

La politique! Rappelle-toi la façon dont le maire de la commune de Saint-Maur avait qualifié un secrétaire d'état en exercice lors d'un conseil municipal: "Monsieur le sous ministre qui n'êtes responsable de rien du tout!". Alors un conseiller territorial, comment veux-tu que ce soit quelqu'un qui fasse de la "haute politique"? C'est un homme égaré, dont personne ne sait à quoi il sert,  pas même lui! C'est de la micro-politique pour lilliputiens. Je préfèrerais être pharmacien.

 

DENIS

27 ans d'officine, et j'en suis réduit à faire des psudo consultations dans l'arrière-boutique, en tremblant de peur qu'un jour on m'accuse "d'exercice illégal de la médecine"! Tout ça pour prescrire un traitement qui ne sert à rien, puisque seuls les médecins en possèdent le droit! Tu sais quand tes moments de gloire se résument à l'examen attentif des urines de "bichon", et tes "conseils-pharmacien" à une dissertation sur un bain de pieds...

 

LAURA

Au moins tu améliores l'ordinaire.

 

DENIS

J'améliore plutôt le pied, parce qu'à 4 € le produit, c'est pas avec ça qu'on va se payer "La Tour d'Argent", ni même un chinois! Et encore tes 4 € tu ne les touches pas tout de suite, parce que tu peux tomber sur Le patient qui "préfèrerait faire un chèque". Là il faut garder son calme, car il faut qu'il le retrouve, dans la bonne poche, ou le bon sac, puis qu'il le feuillette comme les pages d'un almanach, enfin qu'il cherche un stylo, surtout qu'il le trouve. Heureusement c'était prévu, on lui tend le nôtre. Puis vient l'heure de l'écriture, il s'arrête pour demander si euros prend un "s" au pluriel. Après tu as beau avoir un tampon ça ne change rien, il te fait épeler ton nom. Au moment de signer vient le doute philosophique: "pour mon pied le permanganate, je le dilue dans 5 ou 10 litres d'eau?". Tu t'impatientes, à cause de ceux qui attendent, et tu lances "N'oubliez pas ce n'est pas à boire!", et parce que ça le fait rire ou l'inverse, il déchire le chèque en le retirant du talon et prononce un fatal "je vais le recommencer".

Là tu comprends que tu ne vas pas continuer comme ça pendant 40 ans.

 

PASCAL

À force de les cotoyer, tu as fini par leur ressembler: tu deviens petit. Où est-il passél'Abbé Pierre des pharmaciens? Il s'est transformé en tiroir-caisse!

 

LAURA

(Protestant) Ce n'est pas un défaut.

 

DENIS

Tu sais 4 € ça ne remplit pas un compte bancaire, enfin pas le mien... et encore moins le tien. Mais le social reste le social et à double titre en tant que pharmacien bien sûr mais aussi par idéal politique.

 

PASCAL

Pour qu'on te laisse faire ta politique tu te déguiserais en Cosette, mais papa, on est au XXIè siècle, Cosette et le marathonien de la rime sont morts. Et rien à faire, le père Hugo était si peu croyant qu'il ne risque pas de ressusciter... et Cosette non plus.

 

DENIS

Marathonien de la rime et plus grande gloire poétique française.

 

LAURA

Tu défends Totor, toi qui l'as toujours détesté!

 

DENIS 

Chacun sa sensibilité et chacun peut évoluer. Depuis que j'écris mes discours je le perçois différemment.

 

LAURA

Ca me rassure et ça m'inquiète parce que, ou bien tu t'orientes vers les mouvements alternatifs, mélanges de "Tout le monde il est beau..." et de "Pace e amor" (méditant) ou bien tes derniers textes sont effroyables!

 

PASCAL

C'est beaucoup plus simple, une critique contre le musée littéraire "Gogo" c'est une attaque contre le conservateur, les guides de l'édifice mais pire, les visiteurs-admirateurs.

Alors puisque Totor reste immortel, "Vive Totor!". C'est ça les affaires!

 

DENIS

Absolument pas, mais justement puisque tu l'évoques, on va en parler de ce fameux problème pécuniaire.Je te rappelle que si tu veux visiter en juillet l'Italie du Quattrocento il va te falloir un peu d'argent et cette fois-ci je veux que l'intellectuel que tu es, se salisse un peu les mains. Alors tu te débrouilles comme tu veux mais je ne te donnerai l'argent prévu que si la bibliothèque, le salon et les deux chambres sont peints avant la réception que je dois faire. Pour avancer les choses, j'ai envoyé le fils de Maria acheter pinceaux, peinture et bâches. Tout est prêt. Il faut comprendre que pour arriver à Botticelli il faut commencer par Valentine. 

 (à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires