Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 09:47
  Quand Frédéric Mitterrand publie "La Mauvaise Vie" ce n'est pas "La Vie Est Belle", même par dérision, il exorcise un trait qui lui colle à la peau, il part à la rencontre d'autres âmes en errance, c'est "Le Hollandais Volant" qui n'accostera jamais, qu'aucun rivage ne jugera digne d'hospitalité. Ce n'est pas l'homosexualité en tant que telle qui lui pèse c'est la vanité de sa quête d'une rencontre définitive, l'absence de liaison officialisable, qui aurait pu se conclure par la création d'une famille. Il ne supporte pas cette prison que lui imposent son corps et ses sens et qui le conduit à ces rencontres éphémères. Sa sexualité il ne peut la faire taire même si il en regrette l'expression et si la tarification ajoute à la rancoeur et confine au dégout. Ce ressac sexuel dont il se sent victime, l'étouffe en l'étreignant.
  Nous sommes à des années lumières d'une apologie, mais en plein coeur d'une souffrance. Tout ceci est exprimé dans un ouvrage littéraire qui n'a jamais été annoncé comme autobiographique, et où la pédophilie n'est jamais décrite et encore moins pronée. Enfin il ne faut pas confondre sexualité à l'étranger et tourisme sexuel. Mais les loups comme l'expliquait Bergman, attendent l'heure où les esprits sont engourdis, où la pénombre glauque prête à la confusion et leur permet de sortir de leur tanière pour hurler et laisser couler leur bave.
 
  On reste bien loin de Daniel Cohn-Bendit dont les écrits ont été rappelés par F. Bayrou. De quoi s'agissait-il? D'un livre, qui n'est pas le récit d'une souffrance, mais presqu'une narration de souvenirs dans lequel est décrit un moniteur qui laisse des enfants, dont il a la garde, lui ouvrir la braguette. Ce qui me choque c'est qu'une "personne ayant autorité" profite de sa situation à l'égard de "personnes vulnérables", en l'occurence des enfants, qu'on n'y lise aucun regret aucune culpabilisation ou condamnation, mais que ceci suggère une sorte d'initiation "À l'Ombre des Jeunes Gens en Fleur". Certains pourraient y voir l'amorce d'actes pédophiles qui seraient dans ce cas condamnables. Mais l'auteur reste dans la suggestion prudente et il s'agit d'un livre, difficile donc d'aller plaider, il n'empêche je taxe cela de sordide et, rentrant dans l'histoire, je plains les parents d'avoir confié leurs enfants à ces gentils moniteurs, même s'il s'agit d'un récit... Nauséabond, mais fructueux, les sondages montraient une opinion publique qui plébicitait le narrateur lui permettant de nous représenter en tant que député de l'Union européenne!

  Enfin, grande question, un enfant  adopté devient-il un enfant à part entière au sein de la famille d'adoption, a-t-il le même statut qu'un enfant né d'une mère et d'un père qui vont l'élever et l'éduquer? Alors dans ce cas peut-on prétendre se marier avec? Cela ne sous-tendrait-il pas des actes pédophiles? Ne s'agirait-il pas d'un dévoiement d'une autorité parentale? Ne sommes-nous pas devant le cas d'une "personne ayant autorité" qui va réaliser un véritable Oedipe, en profitant d'une "personne vulnérable"? Peut-on rester de marbre, et changer les définitions en fonction de ce qui convient au responsable? Il n'empêche,
Woody Allen a épousé la fille adoptive de son ex compagne avec qui il a partagé 12 ans de sa vie...!

  Voilà pourquoi je continuerai d'écouter F. Mitterrand, mais je boycotte les films de Woody Allen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires