Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 21:40

week end anniv izak et sacha 070

C'est la question que m'a posé un petit garçon charmant accompagné par son père à l'école, lors de la rentrée des classes. Cette phrase innocente méritait une réponse et j'ai répliqué que celle-ci se ferait dans mon journal qu'on peut lire sur l'ordinateur. Ses yeux pleins d'étoiles se tournèrent alors vers mon patient, son papa, mais le pétillement s'éteignit et le regard se dirigea vers le sol après avoir entendu: "je t'expliquerai". Regrettant la formule tant de fois utilisée, il ajouta: "...parce qu'il faut que le docteur l'écrive pour que je te la lise".

N'osant relever la tête il ajouta avec espoir en s'adressant à moi: "Tu vas le faire?"

  

Oui, Axel je vais te répondre mais avec mes mots pour que tout le monde comprenne.

 

Une journée importante, ça ne commence jamais comme on l'espère; l'emploi du temps à beau être tracé avec des intervalles "au cas où", il en faudrait bien plus.

 

Je m'étais garé en toute insouciance, sûr d'être à l'heure. Je croise deux patients, rencontre Axel et conserve encore une bonne avance en arrivant à mon cabinet situé à deux minutes du Collège Offenbach. Là, m'attend un malade avec un herpès géant à cause de l'Interféron donné pour une hépatite C. Entre l'équipe enseignante du collège et l'armée de virus prêts à l'invasion des méninges, il ne reste qu'à prévenir du retard, mais le téléphone sonne dans les bureaux désertés.

Je fonce dès que je peux, sachant que le discours ne sera plus de circonstance. Fort gentiment la principale m'annonce pour quelques mots de bienvenue, finalement mon texte redevient d'actualité, mais cette émotion des grands moments, cette ferveur partagée entre enfants et parents je ne les goûterai pas, ni ces sentiments de joie et de réserve qu'on devine chez les professeurs, j'attendrai l'année prochaine...

 

Dèjà il me faut courir vers la mairie où une commission m'attend pour l'attribution d'aides exceptionnelles.

 

 Ensuite la réunion avec la chef de service me permet de répondre à quelques questions concernant la création prochaine du Centre d'Amélioration de la Mémoire, et l'équilibre du budget pour 2011.

 

Je retourne vers mes patients, ceux qui ont demandés des visites à domicile.

 

 Il est bientôt 14 heures, je rentre pour manger une pêche et prendre deux cafés car dans une heure commence la visite que je dois guider au Musée de l'Orangerie. Je choisis le métro pour me délasser pendant une demi-heure, assis incognito. À ma sortie le portable grésille signant des messages en attente. Au troisième je vois nos saint-mandéens approcher, je me transforme en prof d'art et vais leur faire déguster ce petit musée qui contient tout ce que l'art peut exprimer: bonheur injustice gloire misère.

 

Je commence par rappeler les grandes dates de la peinture:

_ 17 000 avt J.C. Lascaux

_ 1 400 la vallée des rois

_ 1000 l'art géométrique grec

_ 500 les étrusques

_ 1 400 après J.C., la Renaissance 

_ 1 840Turner

_ 1 872 "Impression soleil levant" de Monnet

Une question m'interromp: "S'il vous plait, quel est le rapport entre Monnet et Turner?"

Bonne question, retour à la réalité:

"Monnet naquit en 1840, à 20 ans il tire le mauvais numéro qui l'oblige à partir faire un service militaire aux Chasseurs d'Afrique. Il en revient mourant un an plus tard mais une fois remis grâce aux hôpitaux parisiens il doit repartir pour six ans! Ses parents lui payent un remplaçant en ayant donné l'ensemble de leurs économies. Quand Monnet se marie en 1870, la fortune qui doit être versée comme dot à son épouse ne le sera qu'au décès de son beau-père... Il est à Trouville dans l'hôtel Tivoli, où les dettes s'accumulent, et la guerre approche. Pour échapper aux deux, il s'embarque pour l'Angleterre et retrouve Pissaro à Londres. Ensemble ils visitent les musées, découvrent Turner, ils sont subjugués. Ils rentrent et un an plus tard Monnet peint "Impression soleil levant"!

J'ai gagné mes étoiles de shérif des tableaux!

Après deux heures non-stop d'explications le goûter chez Angélina nous fait rêver, mais à peine arrivé je n'ai le temps que d'entendre commander le fameux chocolat que je n'ai pas la possibilité de boire puisque le maire m'attend à 18 heures et qu'une demi-heure plus tard a lieu un séminaire sur l'avenir de notre ville avec l'ensemble des adjoints et conseillers municipaux. La cloture des réflexions et du buffet se situe vers minuit, je n'irai pas jusque là.

 

Voilà ma journée, cher Axel, mais ton papa a le droit de sauter des épisodes.

 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF - dans Saint-Mandé
commenter cet article

commentaires