Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 22:38

200px-Official portrait of Barack Obama SarkozyDeVillepinConfPresse.jpgDSK-copie-1

 

Fin 2008
américains et français auraient voté Obama. Un an plus tard ni les uns ni les autres ne seraient aussi catégoriques. À priori leurs voix aujourd’hui favoriseraient McCain.

  François Mitterrand avait connu la vague rose, non pas celle où on demandait de couper des têtes, mais celle où l’un de ses proches demandait publiquement le nom des têtes. Le reflux fut brutal, le ressac laissera sur la grève, tels les sacs plastiques, entre autres un premier ministre.

  Nicolas Sarkozy surfa sur une vague bleue que de mémoire de politicien personne ne connut.
  Tout lui réussissait, il conquérait les américains, courtisait Angéla Merkel et offrait aux anglais l'image d'un sage respect de leur Reine, particulièrement apprécié. Le monde redécouvrait la France!
Sur le plan intérieur, il dominait la droite par sa vision gaullienne de ce nouveau concept économique d'un libéralisme fructueux pour tous, qui devait emporter les suffrages de l'ensemble des français et en particulier des syndicats.
Il séduisait la gauche par cette ouverture d'idée sur l'indispensable volet social et son écoute des meilleurs de chez elle ...avant de les  adopter.
 
  Il dominait les hommes politiques… Mais, pas les femmes ! Lui qui cultivait les relations privilégiées avec les grands de ce monde, vit sa première vague se briser, sur celle qu’il aurait érigée en Diana, Lady Cécilia !
 
  Pourtant il fut à l'origine d'une marée de réformes (retraites, service minimum ...), il géra cette crise économique majeure avec talent à l'inverse des espagnols et des grecs.
  Mais l’écume arc-en-ciel accapara les esprits: transfuges roses (Besson, Charasse ...), se mélangeant au kaki des Khadafi et autres tadjiks et flétrissant le blanc fleur de Lys choisi pour l'avènement de Jean III. Jean III, un caillou dans la chaussure, devenu croche-pied qui le fit s’écrouler : son fils, bac +1, dont la crinière digne de de Villepin fut rasée et remplacée par des lunettes à la Léon Zitrone, ne put convaincre malgré le maquillage, qu’il ferait  …un grand président de …l’Epad.
 

  Le charme fut rompu ! Les français venaient de comprendre.

  Devant tant d’exemples de foules enthousiastes déçues, la question est de savoir si, en politique, la désillusion vient de la population dont toute passion précèderait la répudiation, ou si elle vient des "Héros", brillants dans la construction de leur légende, maladroits sur l'Olympe. Dans ce cas en évitant toute erreur, tout excès on pourrait échapper à la terrible sanction. 
  Alors, devant la DSKmania qu’on pressent, une gestion à la Chirac assurerait-elle la longévité ?

  L’inconvénient supplémentaire avec DSK  n’est-il pas, celui d’être devenu un héros avant d’exister ?

  Tel Delors, les français semblent l’avoir adoubé avant  de le connaitre, mais ils l'ont adopté comme un super banquier de gauche et, à l’inverse du Président actuel, comme séducteur: un Casanova du monde politique ... beaucoup plus porteur qu’un Werther éconduit.

 

 Mais ces amours d’un pays pour son président, ne sont-elles pas inéluctablement éphémères. Ces engouements ne durent-ils pas autant que les floraisons de ces palmiers appelés Talipot, que l'on voit dans le jardin de Pamplemousses, le plus célèbre parc de l'Ile Maurice et qui possèdent la caractéristique de ne fleurir qu'une saison tous les cent ans, une année dans notre vie d'homme?


745

Partager cet article

Repost 0

commentaires