Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 23:17


Connaissez-vous un pays d'Europe où un candidat à une élection a vu sa voiture brûler, celle de sa femme mise à sac, son domicile cambriolé? Une ville, à 10 km d'une capitale,  où un candidat minoritaire puis son épouse ont été  sévèrement agressés, entrainant l'hospitalisation de l'un, le port d'une minerve par l'autre? Une époque où on a pu insulter puis menacer de mort celui qui voulait défendre la liberté de penser, de voter, celui qui s'opposait au parti au pouvoir? Un lieu maudit où il serait possible de tuer d'une balle dans le dos un médecin septuagénaire qui rentre chez lui après ses consultations? Un système qui cadenasse la pensée rend tétraplégique la police si on le laisse évoluer?
-Non il ne s'agit pas de l'Amérique du sud, mais bien de l'Europe.
-Non, pas celle de Poutine, enfin pas tout à fait.
-L'époque c'est effectivement 2009.
-Et l'Italie? Comment cela? Précisez. Menaces, intimidations, effractions, agressions, meurtre, on dirait un film? Lequel? "Don Camillo"? Vous avez dû oublier... 
-Non? Vous parliez de ce film dont le scénariste est protégé par la police depuis que la mafia a proposé un contrat sur sa tête? "Gomorrha"?
-Non, on est bien en France, dans le Val-de-Marne.
  Cette ville vous ne la découvrirez dans aucun dépliant touristique, vous n'en avez jamais entendu parler comme détentrice d'une Marianne d'or du civisme, mais elle possède un record: le meilleur score d'Ile de France en pourcentage de vote communiste!

Et pourtant elle pourrait changer cette ville, si elle reprenait espoir si on ne lui infligeait pas 85% de logements sociaux dans certains quartiers, mais qu'on lui offre un peu de mixité, ne serait-ce que pour récupérer un peu de Taxe Locale d'Equipement de Taxe d'Habitation, inexistantes pour les logements sociaux. Si seulement on la rendait plus sûre avec une vidéo-surveillance, comme à paris. Si le sport était une alternative pour la jeunesse. Mais comme l'expliquait le solide Christian Honoré, courageux candidat, plein de second degré dans ses propos: "Les terrains de football il faut les entretenir, parce que lors des matchs si les limites ne sont pas marquées d'un trait blanc, l'arbitre refuse le but marqué par nous, et acceptera le but contestable des autres". 
 Mais la lueur d'espoir je l'ai sentie. En particulier lors de la campagne électorale liée à la démission du Conseiller Général communiste. Cette ville, évitée par les ministres depuis 50 ans a reçu Valérie Pécresse le 6 janvier. Je l'ai perçue aussi , en venant les soutenir ce soir, dans les yeux de ce candidat, et de sa suppléante, la brillante Sabrina Valette, oratrice hors paire.
  À tous deux je dis mon admiration, je donne mon entier soutien et je souhaite "Bonne chance".
J'oubliais, cette ville c'était Valenton, nommons-la "Ville de tous les Espoirs". 

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires