Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 10:42
  Hier j'ai fait visiter notre Musée d'Art Contemporain aux saint-mandéens du Bel Age. Interressant et très surprenant.

  Près de 40 millions d'euros pour abriter un préservatif qui se gonfle sous vos yeux et pourrait protéger le noble organe de celui qui serait capable de ridiculiser Rocco Siffredi en gagnant au choix une place au musée Grévin, ou au Pavillon de Breteuil, à côté du "mètre-étalon", voilà l'une des missions bien remplie par le Mac/Val, le Musée d'Art Contemporain de notre département.

  Vous pourriez m'opposer que le musée cible toutes les formes de lard (non, l'orthographe est bonne) : effectivement un artiste expose une maquette reproduisant un système conforme au Développement durable puisqu'il permet d'éviter le gaspillage des ressources naturelles: plutôt que de remplir son véhicule avec de l'essence, on "pomperait" la graisse des obèses pour l'injecter dans les réservoirs! Amusant ... mais ça ne fait rire qu'en fonction de son poids.

Pour les propriétaires de voitures rappelons ce clin d'oeil d'un artiste qu'il ne faudra pas mal interpréter: une voiture brulée éclairée par deux spots tourne sur elle-même au milieu de globes allumés évoquant l'asphalte bordé de lampadaires! Surtout n'imaginez pas que, puisque ce véhicule brulée est une oeuvre d'art, celui qui brule une voiture est un... artiste. Non! Le message est tout autre, cette sculpture est une interpellation sur la violence de notre siècle! En outre l'auteur donne une nouvelle vie à cette automobile, c'est donc un message d'espoir. Ouf! 
  Pour désigner ce musée, on aurait pu reprendre le nom de cet ancien grand magasin dont le fameux slogan aurait été totalement approprié "On trouve tout à la Sam'Art". Malgré tout, si on trouve tout, même la photo d'une artiste dans sa présentation la  plus simple: elle, tout d'elle, rien qu'elle, drapée de sa fierté, voilée de sa pudeur, bref elle au naturel, on ne reconnait aucune oeuvre de l'oncle Sam, c'est peut-être la raison qui a fait renoncer à cette appellation pour lui préférer "le Mac/Val".
  Au fait pourquoi? Pourquoi s'interdire les peintres américains, incontournables pour comprendre l'art du XXè siècle? Puisque bon nombre d'artistes immigrés français présentent leurs oeuvres au Mac/Val, pourquoi éliminer les peintres du pays d'Obama, la plupart sont venus d'Europe? A ne rien y comprendre. Alors adieu Christo, Warhol et Lichtenstein.
  Et pourquoi se priver des peintres des autres pays? Les grands: l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, ou les moins grands: Mexique, Lettonie, Islande? Parce que l'art est français? L'art aurait des frontières? Drôle d'internationalisme pour notre rouge président! Adieu quand même, Baselitz, Bacon, Botéro, Frida Kahlo, Pollock et Erro.
  Enfin pourquoi? Pourquoi éliminer de l'exposition les peintres français? Je parle des peintres. Ceux qui utilisent une toile, de la peinture, un pinceau et pas seulement ceux qui délavent une photo, ou appliquent des enduits par-dessus.
  Ceux qui vous donneraient envie d'avoir une de leurs oeuvres chez vous. 
  Dommage, mais je dirai "A bientôt! Lors d'un prochain changement de majorité"  à Garouste, Combas, Soulages ...
  A moins que l'art contemporain ne puisse être généré que par des artistes vivants? Pourtant vos oeuvres les plus anciennes remontent à 1950, mais qu'importe, alors donnez-nous des Ben, Dado, Combas, vite avant qu'ils ne disparaissent et que vous ne nous présentiez d'eux que vos "regrets sincères".
  A moins aussi que certains n'aiment pas la peinture, et qui sait, l'art?
  Ou bien ont-ils une âme de chasseur à vouloir plomber ce bel oiseau.

 Car il y en a peu qui le savent, mais ce superbe musée, dont les volumes intérieurs valent presque le Moma de New-York, ressemble de l'extérieur à un oiseau, comme l'exprimait  Jacques Ripeau, l'architecte.
Mais notre albatros, blessé dans son âme, n'est pas prêt de s'envoler. Car, le jardin magnifique qui l'entoure, le restaurant remarqué des critiques gastronomiques qui vient de fermer, ne peuvent être les seuls prétextes à une visite.
  Alors, au nom de l'art, au nom de ceux qui ont contribué à faire évoluer cette expression de la beauté et de l'intelligence humaine, oubliez vos dogmes. Pourquoi mépriser ces grands noms, Buren, Arman, César... les val-de-marnais ont le droit de les découvrir, vous avez le devoir de les leur faire connaitre. Ayez la grandeur de revenir sur des décisions regrettables, et de prévoir qu'une partie de notre beau musée leur soit consacré.
  Vous avez la chance d'avoir un personnel de haut niveau, passionné et passionnant, qui vous captive quand vous discutez avec lui, et dont la culture est époustouflante permettez-leur de nous en faire profiter en dissertant sur une oeuvre de Miro plutôt que de philosopher sur trois ronds rouges.
  Sinon, dites-nous, si pour vous la destinée de l'art serait d'être ridiculisé, à l'image de cette pauvre "Traviata" donnée il y a quelques semaines sur les quais de la gare de Zurich et où on pouvait voir l'employée passer la serpillère à deux pas de Germont implorant: "Que votre coeur ne s'oppose pas à mes prières", et où Violetta ne pouvait que répondre:
 "E strano" (C'est étrange) .

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF - dans Val de Marne
commenter cet article

commentaires