Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 03:46

  Il restait vingt minutes avant que le procès ne reprenne, vingt minutes pour que les deux racketteurs fassent le point sur les affaires en cours et préparent la suite de leurs interventions.
Toni, en De Funès tragique, mitraillait son complice:
- "tu les as empilées les erreurs, non seulement tu as mis le courrier des uns dans les enveloppes des autres, mais tu as envoyé les relances avant la première lettre. Comment veux-tu être crédible? Et tes lettres! On a des exemplaires type, et tu nous ponds une missive personnelle, tu te prends pour un écrivain? T'as les mains de Cassius Clay pas de Victor Hugo!"
- "si tu avais eu un meilleur matériel ça n'aurait pas buggé. On ne va pas revenir sur ça, tu m'as parlé d'un nouveau dossier?" 
  Michael serra les poings ce qui allongea la tête du dragon tatoué et laissa apparaître sa langue sur la première phalange de son médius droit.
- "Des dossiers j'en ai deux, le premier c'est sur l'ACP, une asso de Champigny qui boite sacrément et qui aurait besoin de notre aide..."
-"Les assos on s'en contrefiche, l'autre dossier qu'est-ce que c'est?"
  Michael piaffait, ce qui énerva Toni:
- "Celui-là ne me le rates pas. Je l'ai repèré sur le JOCE en pré-annonce au mois d'août..." fulmina Joe Pesci-de Funès, en sortant le dossier de sa chemise.
- "c'est quoi ton JOCE?" le tatoué avait un peu de mal à suivre
- "le journal où passent tous les appels d'offres. C'est un gros coup, entre 4 et 7 millions d'euros"

- "et pourquoi les concurents nous payeraient?" Si seulement il avait eu autant de cervelle que de muscles...Michael regretta pour la première fois de ne pouvoir trouver la phrase mortelle qui aurait envoyé Toni au tapis aussi surement que son crochet droit .
- "parce que ma balance m'a indiqué la peau de banane. Il faut contacter les sociétés qui peuvent être interressées, car sans moi elles ne sont pas prêtes de pouvoir remplir leur dossier. Et il faut déjà prévoir le courrier pour celles qui seront éjectées, si on montre qu'on connait le point faible elles vont toutes s'inscrire pour qu'on pilote le recours." répondit Toni. 
  Il tourna la tête  car les avocats de l'inculpé arrivaient et la foule, rendue bruyante par l'évènement, les génait pour continuer. Le problème, c'est qu'en tournant la tête il découvrit la bombe, je veux dire Eva, et qu'un peu petit pour une femme bien grande son réflexe fut la fuite du regard vers le sol. Mais avant d'y arriver les yeux stoppèrent sur la feuille presque remplie où s'alignaient des phrases, qui restituaient en écho fidèle, ce qu'il venait d'échanger avec Michael.
  Pour le comprendre, encore eût-il fallu qu'il connut la sténo...mais justement, c'était malheureusement le cas! Il attrapa Eva par le bras, qui se dégagea au moment où il se tournait vers son complice. Ce qui lui resta dans la main c'étaient les écouteurs, il lança à Michael "Tu as vu ce qu'elle écrivait?". Il lui répondit "Une sorte de chinois?". Eva avait eu le temps de ramasser le reste de ses affaires et remontait l'allée centrale. Les deux malfrats prirent la sortie latérale au bord de laquelle ils se trouvaient, ils devaient pouvoir la rejoindre dans le couloir, après les portes battantes.
  

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires