Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 03:05
  Ainsi on pouvait lancer un appel d'offres de 10 millions pour un pont, à ce prix là personne ne répondait parce que c'était trop bas, personne sauf le compère auquel on avait assuré de faire voter, ensuite, un avenant-supplément de 5 millions! La vie était simple pour certains...
  Pour d'autres la moindre erreur était fatale, et je venais d'en faire une. Je m'étais laissé aller à rêvasser sur l'argent des autres et ça allait me coûter le mien. Profitant de mon enthousiasme, Eva me présenta la facture, dans son style.
 "Tu sais que ça m'a pris un temps fou cette histoire", la phrase d'Eva me sortit de mes pensées, je devinai la suite qui arriva dans la foulée, la bonne foulée, pas celle de Ribéri, mais c'était un autre problème, celui de l'équipe de France.
"En plus le Doc, il a fallu lui payer sa consultation..." Je tentai de stopper son offensive  "Tu n'es pas à la CMU?", elle poursuivit "Tu voulais que je noue un contact, ça aurait tout gâché. Tu crois que le Doc m'aurait donné le numéro de téléphone de son copain, comme ça? Je me suis faite passer pour une journaliste qui voulait un certificat pour faire du golf".
 "Il n'a pas été dupe?" c'est ce que je pensais lui répliquer, mais ça aurait aggravé mon cas. Déjà elle enchainait avec la suite de l'addition "Et son copain, qui est au Conseil Général, tu ne crois pas qu'il a accepté de me rencontrer pour mes beaux yeux?", je faillis lui dire "Non, mais pour le reste", je répondis hypocritement "Pour ta personnalité", ça l'apaisa "C'est vrai, mais j'ai été obligé de l'inviter à "L'Ambre d'Or"". Je sentis mon compte bancaire se vider comme un sablier, quoiqu'il restait peu de sable.
 "C'était délicieux, mais je ne pouvais pas prendre un Gamay de Touraine...", j'ai pensé qu'il faudrait que je vois le chef pour savoir s'il n'aurait pas besoin de quelqu'un pour la plonge, elle continuait "Tu sais, sans les deux bouteilles je n'aurais jamais su tout ce que je t'ai raconté", ça s'aggravait, mais il restait le final "Pour les heures supplémentaires je ne te compterai pas la soirée, mais ça m'a pris tout le week-end pour le compte-rendu de ce que j'ai appris". Elle ne m'avait pas parlé du vin blanc, mais comme elle adorait le Meursault...On n'en était plus là, je me retins et lui répondis "Pour la paye, c'est à la fin du mois il nous reste 15 jours, mais n'oublie pas qu'après-demain tu dois être au tribunal".
 Je raccrochai en me demandant quand cette histoire allait me rapporter les euros nécessaires à sa poursuite. C'est à ce moment là que le téléphone sonna, je regardai et vis s'afficher le numéro de Peggy. A minuit, c'est là qu'on spleen et qu'on se remémore ce héros solitaire à côté duquel on est passé et qui fut son mari. J'ai toujours été magnanime, à partir du moment où on reconnait ses erreurs. Pourquoi la laisser souffrir, ça ne coûtait rien de l'apaiser. Je décrochai donc.
  "James, si tu ne me verse pas ma pension je serai contrainte de vendre les meubles de ta mère" voilà la phrase qu'elle avait prononcée et qui résumait la situation. Tant pis pour elle, j'espérais qu'elle aurait évolué...
 Je pris un Lexomil et dormis comme un gros bébé, heureux d'être devenu un héros dans mes rêves, un héros de dessins animés, mais un héros quand même.
  Mille Picsou jouaient à se lancer des Louis d'or...pendant que Gros Minet, Will le Coyotte et Donald cherchaient à les attraper sans jamais pouvoir les atteindre, l'ennui c'est que ces losers me ressemblaient comme deux gouttes  d'Ardbeg.

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires