Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 13:35

Souris et mulots, colombes et moineaux avaient découvert le pervers, entr’aperçu l’âme noire de celui qui voulut les faire boire la potion du grimoire. Ce roi des beiges désirait les endormir, pour qu’après les avoir fait peiner, ramasser grains de blé et fruits tombés il puisse, lui, tout engloutir jusqu’à la dernière noisette. Le bonimenteur se révéla n’être qu’un prestidigitateur, un roi-aspirateur qui avalerait tout ne laissant pas même une cacahuète sur la moquette. La mixture devait leur faire croire que leur vie était belle et le roi au pouvoir pas un couard. L’autre raison d’endormir les rongeurs et leurs alliés ailés, était qu’ils ne devaient pas savoir que les vautours allaient construire des tours à l’entour. Mais en voulant sourire pour mieux les étourdir le roi dévoila des canines acérées qui vers le sol étaient pointées, tournées vers le peuple assemblé.

Se souvenant d’un conte, le roi pensa qu’un mariage calmerait les plus sages

La lapine, qui ne supportait plus de prendre ses pieds au roi, vit un espoir, le monarque se marierait avec elle car il tenait à son duvet. Mais en agitant sa pelisse elle ne réussit qu’à réunir une poignée d’éclopés ou de bébés à la peau lisse.

Le renard rêvait d’avaler d’une bouchée le fantoche. Il lança des pétards le soir assez tard.

La moufette gigotait d’impatience, elle était prête à envoyer quelques giclettes à ceux qui ne faisaient pas courbettes ou risette à son maitre. Mais le roi le congédia. Elle se vida lorsqu’elle se tourna.

Le roi éclaboussé, devait recevoir les prétendantes, qui hurlaient « Tu es notre vamp ! », les fiancées qui pensaient à la galette et pas à sa binette. Il devait nettoyer ces coulures qui l’empêchaient de faire acte de luxure. Il prend un bain plein de mousse et n’entend celles qui gloussent. Il s’habille vite, enfile son vêtement sans une mite, arrive en haut de l’escalier, ouvre son manteau d’hermine devant les midinettes qui découvrent en hurlant une « vamp en pire » !

Un leurre des leurs, une souris volante venue des Carpates, un vampire !

Une partie des plumes peintes avaient disparu, le bain les avait englouties. Démasqué, il ne lui restait plus qu'à fuir pour éviter sur un bûcher de rôtir. Il déploya ses ailes sans plume pour partir vers la lune, délaissant les belles. Mais les vautours n'apprécièrent pas ce mauvais tour et plutôt que de le laisser filer s'occupèrent de lui comme dans L'oiseau bariolé.

Voilà comment fini celui qui aimait voler: entre les serres d'un épervier.

Vous l’avez compris il s’agit d’un vieux conte roumain modifié et inspiré librement d’un livre de Mme Negulescu, que chacun peut trouver à la librairie « Mots et motions » de Saint-Mandé...

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires