Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 23:26

Sous la douceur angélique du masque affiché par cette ancienne institutrice vient d’apparaître celui de la rancoeur. La rancoeur vis-à-vis des autres, de ceux qui agissent, de ceux qui sont adoubés par la population, de ceux que les électeurs lui ont préférés.

Après avoir laissé la route libre à celui qui fit d’elle une première adjointe et auquel elle doit beaucoup, elle espère encore mieux répondre à ses vœux en reprenant un de mes articles. Celui où je dénonçai leur irresponsabilité lors d’un événement qui se déroula l’année dernière.

Un événement grave qui aurait pu être tragique :

Le 29 mai 2013, à Saint-Mandé, ont débuté des incidents qui ont évolué de façon dramatique, ce que Le Parisien appelle une "rixe entre jeunes des communautés musulmanes et israélites". Tout aurait alors dû être mis en place pour stopper la violence. Mais du 29 mai au 3 juin le maire se tait, aucune mesure permettant d’empêcher la spirale agression-représailles n’est prise, aucune présence policière suffisante n’est requise auprès du Préfet, le maire est invisible alors que chacun l’attend… en vain. Chaque camp appelle aux renforts, jusqu’à cette bataille rangée en pleine ville le dimanche 2 juin puis au drame de ce jeune frappé au point de rester dans le coma plusieurs heures. Le lendemain, des dizaines de mères de famille angoissées se posent des questions, demandent conseil et s’inquiètent des prolongements possibles de cette situation : leur enfant risque-t-il des représailles aveugles à la sortie de son établissement scolaire, ou durant le week-end s’il est pris à partie en sortant de chez lui ? Il faut mon article publié le 4 juin à la demande des Saint-Mandéens désemparés, pour obtenir, huit jours après le début des incidents, des réactions à la mesure des circonstances.

Des CRS sillonnent alors enfin nos rues, le Préfet se déplace dans notre ville, le ministère de l’intérieur surveille le retour au calme

Pourquoi ce long silence ? Pourquoi avoir attendu qu’un jeune tombe dans le coma ? Pourquoi les caméras de télésurveillance ne servaient-elles pendant cette lourde semaine, qu’à verbaliser le mauvais stationnement ?

Ces événements gravissimes ont été relatés par les médias du monde entier :

LE PARISIEN du 4 juin 2013, titre son article concernant ces faits : « Réunion de crise après la rixe entre communautés ».

Le 8 juin : « Tension après la rixe » dans lequel on lit : « …ils sont revenus plus nombreux. La bagarre a eu lieu… à coup de batte de base-ball, de gazeuse et de couteaux… ». La journaliste du « Parisien » terminera l’une de ses publications en citant Jean Eroukhmanoff : « il a fallu cet article (de son blog) pour obtenir 8 jours après, des commentaires officiels sur cette affaire ! »

THE TIMES OF ISRAEL le 4 juin 2013, publie :

« Le CRIF a indiqué dans un communiqué qu’il condamnait l’affrontement de Saint-Mandé… Le combat de rue survenu la nuit de dimanche à Saint-Mandé et qui a envoyé à l’hôpital un jeune homme…Ces incidents sont extrêmement sérieux. »

SAPHIR NEWS 4 juin 2013. Ce quotidien musulman d’actualité écrit:

« Dimanche l’attaque d’un jeune homme… l’a fait tomber dans le coma avant finalement d’en sortir… à Saint-Mandé »

Le rôle d’un maire :

Face à un événement sérieux, quel qu'il soit, un responsable politique ne rend service à sa ville que de trois façons.

D'abord, en informant ses habitants. En communiquant sans passer les faits sous silence ni en les délivrant au compte-goutte. Le maire est tenu de ne pas rompre le dialogue mais au contraire de l'ouvrir pour rassurer les esprits avec des mots justes, documentés et raisonnés. Le maire, de par sa fonction, est tenu d’agir et non pas disparaitre.

Ensuite prendre des décisions, pour montrer la fermeté des pouvoirs publics face à une situation dans laquelle le droit et le civisme ne sont plus respectés.

Le maire doit surtout prévenir, pour faire cesser les actes de délinquance, épisodiques ou récurrents, organisés ou isolés. Il doit encore prévenir pour protéger les personnes les plus à risque (les enfants en premier lieu ainsi que les personnes âgées ou souffrantes).

L'absence de réponse de sa part et son absence tout court sont un aveu d'impuissance et désorientent une population légitimement concernée.

Une gestion de crise de cette ampleur nécessite une concertation entre tous les responsables et une information précise.

Lorsqu’un responsable politique est paralysé par l’angoisse, paniqué par les conséquences de son inertie, le mieux pour lui est d’en tirer les leçons et de se retirer.

Ainsi, lorsqu’au Conseil municipal, M. Montagnon, qui n’avait toujours rien compris, me demanda pourquoi j’étais intervenu, je lui répondis : « Pendant que certains se cachaient sous le bureau, d’autres prenaient leurs responsabilité pour éviter qu’une personne âgée qui se serait trouvée par mégarde devant ceux qui venaient régler leurs comptes, ne se retrouve dans le coma à son tour avec moins de chance d’en sortir. Parce que dans les moments graves et on en a connu en France, il serait temps que l’homme politique regarde autre chose que le bout de ses chaussures ! »

Mme Pallière, qu’avez-vous dit ces jours-là ? Qu’avez-vous écrit ces jours-là ? Qu’avez-vous fait ces jours-là ?

Jean Eroukhmanoff

Retrouvez toutes les informations sur notre campagne sur le site : www.jeaneroukhmanoff2014.fr

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF
commenter cet article

commentaires

tintin 94160 08/04/2014 13:13

et si nous parlions de l'absence de madame pallières dans l'organigramme de la ville de st mande
tant de bruit pour cela ou a t-elle eu peur de se retrouver face à ses contradictions
quel courage madame pallières

tintin94160 01/04/2014 15:14

je reviens du torchon de blog de claire pallière, c'est une honte de crier victoire contre jean eroukmanoff, comme si les municipales étaient réduites à se duel.
pauvre femme qui , s'est trompée de combat, c'est " ça" qui voulait diriger la commune
non madame pallière et désolé de vous le dire mais vous n' êtes ni plus ni moins qu'une mégère

Alain DUMESNIL 01/04/2014 12:24

Bonjour Jean
Bonjour à Tous tes colistiers,

Cette situation ne peut et ne doit se terminer par ce sentiment de doute...
Je vous fais une promesse à tous et à toutes...
La vérité finit toujours par triompher, les langues se délient et rien ne pourra arrêter cette recherche de vérité...
Il nous faudra faire savoir et faire connaître les responsabilités des uns et des autres...
Cette parodie de Démocratie a eu un grand "Gagnant"...
Elle a montré au combien notre Cité était tombé bien bas...
Nous le savions mais nous ne pouvions penser arriver à un tel niveau de médiocrité...
Je vous renouvelle ma promesse de faire tout en sorte pour que les ST Mandéens soient informés...
Je voulais vous dire à tous et à toutes au combien, j'ai apprécié nos échanges et votre détermination...
Mon cher Jean, toute mon amitié,

Alain DUMESNIL, au service de la Vérité

Jeanne 31/03/2014 22:39

Merci à Jean Eroukhmanoff pour sa campagne exemplaire.
Merci à Jean Eroukhmanoff dont le courage et la volonté était de dire la vérité même si parfois pour certains c'était un peu difficile à entendre,et à comprendre.
Merci à Jean Eroukhmanoff un vrai homme politique de grande envergure qui nous a ouvert les yeux sur notre ville de Saint-Mandé.Notre ville doit changer ,nous vous attendrons!

Françoise RONDINET 31/03/2014 18:54

Bravo docteur, nous avons toujours été fiers d'être à vos côtés, nous continuerons grâce à mes enfants , à vous soutenir.
Votre intégrité est EXEMPLAIRE.
Votre combat contre la corruption doit continuer.
Françoise Rondinet

Sterao 31/03/2014 00:48

Pour info, copie du message laissé sur le site de Mme Pallière, mais qui ne sera jamais mis en ligne ... :)
Bravo Mme Pallière ! Vous avez fait réélire le maire sortant, alors que vous n'étiez que 3ème au 1er tour, en maintenant votre liste !
Bravo Mme Pallière ! Vous retrouvez une place au chaud au sein du conseil municipal !
Bravo Mme Pallière ! Vous avez préféré jouer "perso" pour votre petite personne en vous moquant de la vie, de l'avis, des saint-mandéens.
Bravo Mme Pallière ! Depuis le début, force est de constater que vous avez menti aux saint-mandéens, que vous avez systématiquement attaqué le candidat arrivé 2ème au 1er tour.
Bravo Mme Pallière ! Votre jeu était donc bien de faire réélire le maire sortant.
Dites-moi, Mme Pallière ? Cela ne va pas être trop difficile de vous voir dans le miroir de votre salle-de-bain, chaque matin ?

Rosine 29/03/2014 12:08

Oh mais les bagarres ne se sont pas terminées pour autant. Il y a un mois à la terrasse de Royal-Comptoir, près de la mairie, une vraie bataille rangée s'est déclenchée entre jeunes, qui au fur et à mesure des minutes, étaient de plus en plus nombreux, bousculant les paisibles clients attablés. La police municipale a mis un temps fou pour intervenir, avant que n'arrive enfin la police... On passera sur les deux meurtres dans deux établissements St Mandé et les diverses attaques à mains armées... Saint-Mandé, qu'es-tu devenue ?

tintin 94160 29/03/2014 10:39

Madame Pallières a certainement dû servir d'inspiration à "Alphonse Boudard" pour son livre
" La métamorphose des Cloportes " et qu'en vous attaquant elle a mis en exergue le dicton
"qui se ressemble s'assemble" mais aussi " traitre un jour, traitre toujours" et Beaudouin ferait bien de s'en souvenir
Quel attelage que ces deux là, pauvre st mandé qui risque d'être dirigé par un tel duo, mais la messe n'es pas encore dites, " la pallières " a été trop loin, grave erreur,