Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • LE BLOG DE JEAN EROUKHMANOFF
  • : Billets d'humeur et réflexions engagées autour de la vie politique et citoyenne de Saint-Mandé et du Val de Marne
  • Contact

Jean EROUKHMANOFF

Médecin généraliste à Saint-Mandé, ancien conseiller général et maire-adjoint de la ville.

Le Zoom Sur

Saint-Mandé et moi

RUE JEANNE D'ARC: C'est dans cette rue que mes parents ont choisi de s'installer ,en 1956 ,j'avais 4 ans.

RUE DU COMMANDANT MOUCHOTTE: C'est la rue de mon école maternelle puis , primaire. On l' appelait "Mouchotte" mais elle a été baptisée Charles Digeon.

AVENUE DU GENERAL DE GAULLE(anciennement rue de la République): J'y ai installé mon cabinet de Médecine Générale, pour soigner une patientèle qui me ressemblait, j'avais 25 ans.

Rue de l'ABBE POUCHARD: Mon fils aîné y a fait ses premiers pas.

Rue DE BERULLE: La rue du Conservatoire Robert Lamoureux, ma fille contrairement à ses frères adorait les cours de solfège.

Avenue DAUMESNIL: C'est là que nous nous sommes installés avec mon épouse, pour élever nos trois enfants et recevoir désormais avec un grand bonheur nos deux petits-fils qui attendent avec impatience la réouverture du Zoo.

Archives

Bio

1956 Je découvre Saint-Mandé, le bois ,les manèges ,le zoo, et les coupes de cheveux réglementaires d'Edmond, le coiffeur de la rue Jeanne D' Arc. 1969 :j'obtiens mon bac au lycée Berlioz. 1976 : j'ai fini mes études de médecine et j'effectue mon service National dans le 404 ème Bataillon de Commandement et de Soutien. 1977 : j'ouvre mon cabinet de Médecine Générale à Saint Mandé et je crée une consultation de Médecine Générale au dispensaire ST Yves ,à La Courneuve ,ne pouvant refuser la requête de Sœur Cécile, une patiente que j'ai soignée lors de mon internat au Hertford British Hospital,à Paris. 1980:Le Sénateur -Maire Jean Bertaud célèbre mon mariage avec Michelle, Chirurgien -Dentiste qui exerce avec moi ,avenue du Général de Gaulle. 1981,1984,1987 : Trois très grandes années, la naissance de mes enfants. 1995 : J'intègre le monde politique local de Saint Mandé, je deviens Conseiller Municipal ,puis Adjoint au Maire. 2001 :Je suis élu Conseiller Général de Saint -Mandé. 2008 : Je suis réélu Conseiller Général par les Saint- Mandéens.

A La Une

  • Quelques conseils pour les vacances...
    1/ Attention aux petits coups de chaleur... Durant l'été, bien souvent, certains ne s’hydratent pas suffisamment. Et, faute d'un esprit clair, basculent dans le drame, se croyant parfois victimes de complots à la Richard III. Ils se retrouvent le front...
  • LE MYSTERE DU BULLETIN MUNICIPAL
    Mais où est-il passé ? Le « 25 photos du maire par magazine » en pleine campagne électorale, le « Coucou me revoilà », le «Suivez bien mon regard » un peu comme le geste du gendarme de Saint-Tropez, bref LA brochure où on le voit partout (en haut, en...
  • LE VAL ENDORMI
    Ça démarre mal. Déjà dans « le petit saint-mandéen » si on lit les titres un peu vite, la première page nous associe le « Plouf » à la « quinzaine commerciale ». Malgré tout j’ai attendu avec impatience le lundi 15, jour du lancement, du lancement… de...
  • AVIS DE GRANDE PRUDENCE
    « Détournement de fonds publics » ! La correctionnelle parce que la justice suspecte qu’une étude d’un montant de 8.300€ ait servi à payer une partie des frais d’avocat d’un maire. Et l’avocat est suspect de « recel de détournement de fonds publics »....
  • AÏE! AÏE! AÏE!
    En Cassation ça passe ou ça casse. Ça peut surtout casser les reins de celui qui se pourvoit dans cette démarche. Certains disent que quand on prend une chaise, il faut casser sa tirelire, s’ils chaussent leurs grosses lunettes il faut faire un tour à...
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 16:25

Tout le monde connait la comptine qu’on adaptait dans les cours de récréation pour faire gagner celui qu’on avait choisi. Au Conseil général la formule est restée dans les têtes et quand il faut répartir les aides, on donne du bon grain aux communes déjà largement subventionnées. Pour aider, on prend les œufs de celle qu’on a fait maigrir… pourtant après l'avoir déjà plumée comme le cou d'un dindon.

Ainsi s’abattent sur les habitants des communes bourgeoises des impôts toujours plus lourds, l’ISF dont le plafond des prélèvements diminue, la CSG sur tous les revenus, les taxes d’habitations et foncières les plus fortes. En contrepartie, les aides du Val de Marne pour le fonctionnement des crèches viennent de disparaître et la dotation départementale d’investissement diminue pour ces villes, sous prétexte qu'aucun organisme de gestion n'a investi dans ces localités. Mais quel organisme le ferait quand le prix au m² ne leur permet d’acheter qu’un studio, alors qu’ailleurs ils peuvent compter sur les revenus de deux appartements.

L’Etat agissant de même avec sa DGU, dotation censée aider les communes, qui baisse chaque année, et une pénalité (appelée Fonds de péréquation) qui augmente, il ne faut pas s’étonner que même des ministres de gauche aillent placer leurs économies dans les paradis fiscaux !

Ainsi, notre département et notre pays se dirigent fièrement vers les abîmes. Les œufs n'étaient déjà plus en or, bientôt on placera la poule en ménopause précoce.

La croissance est mineure et notre chômage tragiquement élevé. Un cerveau de poule le comprendrait, et c’est là que devrait se concentrer le maximum de l’action du département : les emplois et leurs aides, non l’augmentation permanente des aides à ceux qui sont sans emploi. Mais le Val de Marne a choisi sa formule secrète pour attirer les entreprises avec le lancement d’une brochure intitulée : « Le Val de Marne, source de temps libre ». Forcément, ce n’est pas le talisman pour que l’emploi s’y accroisse ni pour transformer notre contrée sinistrée en pépinière d’entreprises.

A un an des prochaines échéances électorales pour nos cantons, il est temps, si on veut avoir une chance de ne pas disparaître dans le flot des réformes initiées par la droite puis revues par la gauche, de prouver l’intérêt majeur de cette strate, moins lointaine que la Région, pour comprendre les besoins de nos communes, et suffisamment riche pour en compléter les moyens. Notre survie, mais surtout l’intérêt fondamental qui avait prévalu à leur création, nécessite que nos départements ne s’endorment pas en ajoutant éternellement des aides aux aides. Il faut tout faire, pour générer plus qu’un espoir, à ceux qui le demandent, d’obtenir un emploi. Le temps est venu de les rendre autonomes et surtout de leur permettre de retrouver leur dignité à travers un travail.

Ainsi pour paraphraser une formule chère, qu’aurait rêvé d'inscrire notre Conseil sur le fronton de sa façade

« Cantons de tout notre pays, unissez-vous… pour sauver nos chômeurs et notre France ».

Partager cet article

Repost 0
Jean EROUKHMANOFF - dans Val de Marne
commenter cet article

commentaires